"Une rencontre n'est jamais due au hasard...." /Partie 2/ [Jack Taylor & Cléore A. Carew]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

"Une rencontre n'est jamais due au hasard...." /Partie 2/ [Jack Taylor & Cléore A. Carew]

Message par Cléore A. Carew le Ven 15 Mai - 12:57

Un grand sourire se dessina sur les lèvres de Jack. Il semblait heureux que j'ai accepté son invitation à dîner. Puis il répondit à mes "question" sur les vêtements que je portais :

- Ne t'en fais pas c'est chez moi ! Et le bleu te va bien.

Je rougis à son compliment. Il y avait bien longtemps qu'on ne m'en avait pas fait. Et que ce soit sincère ou non, cela faisait du bien d'entendre quelque chose de gentil ; même si cela restait un petit peu gênant, d'où mon rougissement. Je le remerciais d'une petite voix. Puis nous nous sommes mis en route en direction de la ville, et plus précisément, de son appartement. Nous avons d'abord un peu couru (nous venions tout les deux en forêt pour ça, donc autant continuer), avant de ralentir l'allure. Nous arrivâmes finalement devant son appartement. Jack glissa la clé dans la serrure et ouvrit.

- Après vous Mademoiselle ...!

Je lui présentais mon plus beau sourire en guise de remerciement et entrais. Il alluma les lumières, et je pus découvrir son "chez lui". L'appartement me paraissait plutôt grand pour un homme seul, mais peut-être avait-il des projets ou aimait-il les grands espaces ? Je fis quelque pas dans le couloir. D'un côté se trouvait des portes closes, sûrement des chambres ou quelque chose comme ça. A gauche se trouvait un grand salon avec une cuisine américaine. Sa pièce à vivre était relativement bien aménagée. Il y avait quelques cadres au mur, un canapé en cuir blanc et je remarquais dans un coin une guitare sèche.

- Tu aimes jouer ? Demandais-je en la désignant.

Je n'osais pas trop bouger. C'était la première depuis des dizaines d'années que je me retrouvais à dîner chez quelqu'un... Je ne connaissais pas encore tous les "codes" de la société actuelle...

---------------





Merci Nina ^-^:





Cléore parle en #cc3399
avatar
Cléore A. Carew


Alors moi c'est : Cléore
On m'appelle aussi : Adriel Vladislova / Cassiopée Harmon
Je suis agé(e) de : 130 ans
Je suis : un vampire
Et j'adhère à l'alignement des : surnaturels
Mon métier c'est : Professeure de mathématiques

Je suis ici depuis le : 08/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Une rencontre n'est jamais due au hasard...." /Partie 2/ [Jack Taylor & Cléore A. Carew]

Message par Invité le Sam 23 Mai - 23:36

A mon premier compliment, elle rougit. Ce fut une première petite "victoire" pour moi.
Une fois dans l'appartement, elle m'offrit un beau sourire.
Elle découvrit mon appartement. Heureusement, je n'avais rien laissé traîné. On ne sait jamais, des fois, le matin avant de partir, j'oublis des petits trucs !
Alors que je déposais mes quelques affaires, le regard de la jeune femme s'arrêta sur ma guitare. Elle me demanda alors,

- Tu aimes jouer ?

Un sourire apparut sur mes lèvres. C'était vraiment mon instrument préféré et j'arrivais maîtriser la beauté de cet art. J'en était d'autant plus fier que j'avais appris seul à en jouer.
Je lui répondis de suite ...

- C'est un de mes passe temps favoris !

Je l'abandonna quelques instants dans le salon pour aller me rafraîchir un peu et changer de t-shirt. Quand je fus dans le couloir, je lui dis quand même quelques chose qui me paraissait normal à mes yeux ...

- Au fait, fais comme chez toi Miss !

On ne sais jamais, si elle voulait aussi se rafraîchir ou autre ! Une fois un peu débarbouillé, je vint la rejoindre tout en enfilant un haut. Cléore était tout simplement ravissante.
Je lui souria avant de lui demander d'une voix légère,

- Tu as une envie spéciale ?! Je te fais ce que tu veux.

Je me dirigea alors vers la cuisine.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Une rencontre n'est jamais due au hasard...." /Partie 2/ [Jack Taylor & Cléore A. Carew]

Message par Cléore A. Carew le Lun 25 Mai - 19:27

A ma question, Jack sourit. Il était apparemment heureux que j'ai remarquais sa guitare. Il paraissait fier de son instrument et répondit sans attendre.
- C'est un de mes passe temps favoris !
C'est vrai que ma question pouvait être un peu idiote. Peu de gens, pour ne pas dire personne, n'exposerait ainsi un si bel instrument sans savoir l'utilisait. Plus jeune, j'aurais aimé apprendre à en jouer. J'aimais la musique depuis longtemps, mais à l'époque de ma jeunesse et pour une demoiselle de mon rang, c'était du piano qu'il fallait savoir jouer. Je me promis de demander un jour à Jack de m'apprendre où au moins de jouer un peu juste pour moi...
Il partit dans le couloir en direction de je-ne-sais-quelle-pièce me laissant seule quelque instants. Je l'entendit me parlait depuis le couloir.
- Au fait, fais comme chez toi Miss !
Faire comme chez moi... Il y a bien longtemps que je n'en avais pas eu de "chez moi"... Je me décidais finalement à bouger jusqu'au canapé où je m'assis. Je ne pensais pas être impolie ainsi. Je commençais à réfléchir à ma "rencontre" avec Jack. Je ne le connaissais pas depuis vingt-quatre heures que j'avais déjà accepté de dîner avec lui. Je ne savais pas pourquoi il avait choisi de m'inviter, mais je commençais à comprendre pourquoi j'avais accepté... Jack me faisait sentir humaine. Avec lui, je n'avais plus rien d'un monstre. Mon passé était celui d'une autre et je pouvais recommencer une vie. Une vie normale. Une vie humaine.
Les pas de Jack qui revenait résonnèrent dans le couloir en me tirant hors de mes réflexions. Lorsqu'il arriva dans le salon, il était torse nu et allait enfiler un t-shirt. Je détournais le regard et rougis. Je me maudis de n'avoir pas détacher cheveux, ils auraient pu cacher mon rougissement. Quand je relevais enfin les yeux, Jack me souriait et me demanda :
- Tu as une envie spéciale ?! Je te fais ce que tu veux.
Je souris à mon tour en passant que c'est ce que nous n'arrêtions pas de faire l'un à l'autre. Je n'avais pas souris autant à quelqu'un depuis... Depuis William... Je le chassais très vite de ma tête et réfléchis à la question de mon hôte. C'est vrai, c'était une invitation à dîner, et je n'avais pas vraiment réfléchis à ce que je voulais manger. Il se dirigea vers la cuisine et je le suivis.
- Tu me propose quoi ? Je ne suis pas très douée, mais je peux peut-être t'aider à cuisiner...?
"Cela pourrait être drôle et peut-être que nous pourrions devenir de vrais amis..." ajoutais-je intérieurement.

---------------





Merci Nina ^-^:





Cléore parle en #cc3399
avatar
Cléore A. Carew


Alors moi c'est : Cléore
On m'appelle aussi : Adriel Vladislova / Cassiopée Harmon
Je suis agé(e) de : 130 ans
Je suis : un vampire
Et j'adhère à l'alignement des : surnaturels
Mon métier c'est : Professeure de mathématiques

Je suis ici depuis le : 08/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Une rencontre n'est jamais due au hasard...." /Partie 2/ [Jack Taylor & Cléore A. Carew]

Message par Invité le Ven 29 Mai - 15:01

Quand je pénétra dans le salon, Cléore c'était installée sur le divan. Il est vrai que je n'avais pas terminé d'enfiler mon t-shirt ce qui avait laissé apparaître mon torse. La jeune femme détourna rapidement le regard, dès qu'elle s'en rendis compte. Cependant,  la variation de la couleur de ses joues ne m'échappa pas. Cette petite réaction de sa part me laissa un petit sourire aux lèvres. Pour ne pas l’embarrasser plus que cela,  je fis comme si de rien n'était,  comme si je n'avais rien vu.
Quand je la questionna, elle leva les yeux vers moi. Alors que je me dirigeais vers la cuisine, elle me répondis ...

- Tu me propose quoi ? Je ne suis pas très douée, mais je peux peut-être t'aider à cuisiner...?

Alors que je prenais un tablier, je la regarda puis je lui dis ...

- Une pizza à commander ça te tente ?!

Un sourire amusé s'afficha sur mon visage. En effet, les meilleurs plats que j'arrivais faire devaient être des pâtes ou des plats dans cet esprit, plus ou moins sophistiqués ...
En attendant sa réponse, je reposa le tablier là où je l'avais pris. Il y était très bien d'ailleurs, cela aurait été dommage de le déloger !
Après avoir téléphoné à la pizzeria, je finis par prendre deux verres à pied ainsi qu'une bouteille que j'avais soigneusement mis de côté pour une occasion spéciale, très spéciale.
Je la rejoignis sur le canapé et je lui tendis un verre. Je la regarda ensuite dans les yeux et je lui dis ...

- Désolé mais ... il se trouve que je ne sois pas excellent en cuisine !...

Après avoir bafouillé quelques mots, j'ajouta,

- Bon ! Parles moi de toi !

Une fois encore, je lui souris. En même temps, je ne pouvais pas réagir autrement !...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Une rencontre n'est jamais due au hasard...." /Partie 2/ [Jack Taylor & Cléore A. Carew]

Message par Cléore A. Carew le Jeu 9 Juil - 19:00

Je ne savais pas si Jack avait remarqué que mes joues s’étaient empourprées, mais je le remercier mentalement de ne pas en parler. S’il l’avait fait, j’aurais rougis encore plus et je n’aurais pas su où me cacher… Cependant, le petit sourire qu’il affichait, presque fièrement, m’affirmait qu’il avait bien remarqué ma gêne. Enfin bon, aucun de nous deux n’en parlerait et c’était très bien ainsi.
Nous étions tous les deux arrivés dans sa grande cuisine et il attrapa un tablier le temps que je lui dise que je n’avais aucune idée pour le repas. Il se tourna alors vers moi et, un sourire amusé toujours scotché sur ses lèvres.
- Une pizza à commander ça te tente ?!
Je souris à mon tour, pour la énième fois. Apparemment Jack ne semblait pas meilleur que moi en cuisine.
- Ce sera avec plaisir !
Le jeune homme reposa le tablier qu’il avait pris sur son crochet dans la cuisine. Tablier qui ne semblait d’ailleurs pas énormément bouger de sa place. Jack prit ensuite son téléphone pour passer pour passer commande. Je ne savais pas trop quoi faire pendant ce temps. C’était la première fois que je me retrouvais chez quelqu’un depuis des années. Pour tout dire, c’était la première fois de ce siècle que je n’étais pas chez moi… Je décidais finalement de retourner dans le salon et de m’asseoir sur le divan blanc. Mon hôte raccrocha et je l’entendis s’affairer dans la cuisine. J’allais lui proposer mon aide, lorsqu’il réapparut, deux verres à pieds et une bouteille de vin dans les mains. Il me rejoignit et me tendit un verre que je saisi avec délicatesse et prudence pour ne pas le faire tomber, car je pouvais parfois être relativement maladroite.
Il planta ensuite ses yeux magnifiques dans les miens. Je fus presque troublée, je n’arrivais pas à détourner mon regard. C’était étrange, Jack me faisait me sentir tellement bien, tellement normal… Il reprit la parole, en bafouillant quelque peu, m’arrachant à mes réflexions.
- Désolé, mais… il se trouve que je ne sois pas excellent en cuisine !...
Je laissais échapper un petit rire. Il n’avait pas besoin de s’excuser, je n’étais pas excellente moi non plus en cuisine et une pizza m’allait très bien aussi. Il faut dire que je n’avais jamais vraiment eu à cuisiner. Lorsque j’étais humaine, nous avions des domestiques qui s’occupaient de cela pour nous car cuisiner n’était pas « digne de mon rang » de cuisiner ; puis je suis devenue ce que je suis aujourd’hui et pour l’éternité : une vampire, et les vampires ont besoin plus de sang que de nourriture pour vivre… Je pris à mon tour la parole.
- Ne t’inquiète pas, j’ai beau être une femme, je ne sais pas cuisiner grand-chose non plus…
Je posais instinctivement ma main sur le bras de Jack, comme si c’était normal, comme si je le connaissais depuis toujours… Lorsque que je le remarquais, je le retirais immédiatement et le rose me monta une nouvelle fois aux joues. Je ne connaissais pas Jack depuis une journée, il trouverait sûrement cela déplacé… Ce que je pouvais être idiote parfois… Je baissais les yeux sur mes genoux, légèrement gênée. Et mes cheveux, ne pouvait-il pas être lâchés ?! Si la soirée avec Jack continuait ainsi, il faudrait que je dénoue ma queue de cheval.
Je sentis le verre dans ma main s’alourdir. Mon hôte était entrain de me servir un verre de cette bouteille de vin qu’il avait sortit. Je ne m’inquiétais pas trop de boire car les vampires avaient une marge bien plus longue que les humains avant de devenir complètement saoul. Je le remerciais d’un petit sourire timide. C’est alors qu’il prit la parole.
- Bon ! Parle-moi de toi !
Sa question me décontenança. Je ne savais pas quoi lui dire. Lui avouer que j’étais un être surnaturel n’était pas du tout une option envisageable. Mais que faire alors ? M’inventer une vie ? Non, je n’avais pas envie de mentir à Jack. C’était étrange, mais cet homme me faisait sentir si bien, si moi que je ne voulais pas lui dire de mensonge. Pourtant je ne connaissais rien de lui…
Cependant le magnifique sourire qu’il m’offrit me redonna confiance en moi. Comment un homme pouvait-il me faire cet effet là ? Surtout après William… Après lui je m’étais promise de ne plus m’attacher à quelqu’un, du moins sans le connaître réellement, et encore moins de devenir amie proche ou de tomber amoureuse… Surtout en si peu de temps.
- Oh tu sais, il n’y a pas grand-chose à dire sur moi… répondis-je en buvant une gorgée du breuvage rougeâtre. Je viens d’arriver ici et j’ai obtenu le poste de professeure de mathématiques au lycée. Et puis à part une ou deux personnes, mes élèves et toi, je ne connais personne. Ajoutais-je. Cette ville m’est encore un peu  étrangère.
Bon je venais de lui résumer ma vie actuelle –et assez bien je trouvais-. J’espérais qu’il n’essaierait pas de creuser un peu plus loin dans mon passé…
Je m’efforçais également de ne plus le regarder dans les yeux. Je n’avais pas envie d’être happée une nouvelle fois par son regard mystérieux. C’était moi la vampire ici, c’était donc lui aurait du être subjuguer par ma beauté. Mais je n’aimais pas trop cet aspect des vampires, j’avais l’impression de ne plus être vu pour ce que j’étais. Les femmes mettaient du maquillage pour se rendre plus belles, moi s’était pour me rendre plus humaine. Ah moins que lui aussi n’en soit un, ce que je ne pensais absolument pas. J’avais donc les yeux rivés sur son bel instrument quand je le questionnais à mon tour.
- Raconte-moi plutôt ta vie à toi ! Elle doit être cent fois plus intéressante que la mienne. Tu as de l’humour, tu joues de la guitare, dis-je en désignant l’objet en question, et tu es pompier (et tu es relativement bien fait de ta personne ajoutais-je mentalement). Tu es un bon parti et toutes les filles doivent te tomber aux pieds, surtout si tu leur présentes se sourire charmeur…
Mais qu’est ce qui m’avait pris d’ajouter cela ?! Maintenant c’était sûr, il allait me prendre pour une idiote ou une fille facile… Mes joues s’empourprèrent une fois encore. Je gardais mon regard scotché sur mes mains en attendant anxieusement sa réponse.

---------------





Merci Nina ^-^:





Cléore parle en #cc3399
avatar
Cléore A. Carew


Alors moi c'est : Cléore
On m'appelle aussi : Adriel Vladislova / Cassiopée Harmon
Je suis agé(e) de : 130 ans
Je suis : un vampire
Et j'adhère à l'alignement des : surnaturels
Mon métier c'est : Professeure de mathématiques

Je suis ici depuis le : 08/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Une rencontre n'est jamais due au hasard...." /Partie 2/ [Jack Taylor & Cléore A. Carew]

Message par Invité le Lun 13 Juil - 12:20

La jeune femme répondit avec engouement à ma question, ce qui me rendit d'avantage joyeux. Même si cela ne faisait pas un jour que nous nous connaissions, Cléore parvenait à faire illuminer mon visage. Je n'avais pas autant souris depuis bien longtemps ! Si cela continuait, ce sourire ne manquerait pas de rester incrusté !

- Ce sera avec plaisir !

Alors que je reposais tout mon attirail, elle avait reprit place sur le divan. Une fois que je lui avais servit mes quelques excuses, je vins près de la Miss et je lui versa un verre de breuvage. D'ailleurs, elle me "consola" en me confiant qu'elle non plus n'était pas un cordon bleu en cuisine, comme on dit. Je lâcha un petit rire amusé. C'est presque en même temps, que je sentis sa main sur mon bras. Je ne pus alors m'empêcher de la regarder dans les yeux. En moins de quelques secondes, mon invitée c'était rétractée. Ses joues se teintèrent légèrement, d'une couleur rouge vive. Je sentais bien qu'elle était gênée cependant, je n'avais pas de remède miracle à cela ... Mine de rien, je repris la parole pour lui montrer que ce n'était rien ! Que nous étions deux adultes, responsables ... et qu'un geste, reste un geste ...
En ce qui concerne ma question, j'eus droit à une réponse relativement vaste ...

- Oh tu sais, il n’y a pas grand-chose à dire sur moi…  Je viens d’arriver ici et j’ai obtenu le poste de professeure de mathématiques au lycée. Et puis à part une ou deux personnes, mes élèves et toi, je ne connais personne. Cette ville m’est encore un peu  étrangère.

Le petit "et toi" me décrocha un sourire. Cléore était une femme particulière, différente des autres. En quoi ?... je ne la connaissais pas suffisamment pour être plus précis, mais j'étais comme fasciné. Bien sûre, tout cela mijotait en moi. Je ne laissais rien paraître ... C'était dans ma nature de cacher mes sentiments, mes émotions ... 

- Raconte-moi plutôt ta vie à toi ! Elle doit être cent fois plus intéressante que la mienne. Tu as de l’humour, tu joues de la guitare et tu es pompier.

Non, désolé, elle n'était pas plus intéressante, mais peut-être plus animée. Jusque là, je souriais toujours. La voir me trouver des excuses pour ne pas me raconter ses centres d'intérêt était plutôt drôle. La suite, me surpris !

- Tu es un bon parti et toutes les filles doivent te tomber aux pieds, surtout si tu leur présentes se sourire charmeur…

Je la regarda une nouvelle fois dans les yeux, de beaux yeux bruns/noirs. J'eus d'abord du mal à poursuivre, à retirer mon regard qui était ancré dans le sien puis je rétorqua ...

- Non, pas vraiment. Je ne joue de la guitare que pour moi et quelques fois pour les personnes qui me sont proches ... (Pour ne pas lui dire personne ... je n'allais pas jouer aux mecs de la caserne quand même ! Bien que je les considérais comme ma famille, ils ne l'étaient malheureusement pas ... Je poursuivis) Même si, comme tu dis, beaucoup de filles me tombent aux pieds, ce n'est pas pour autant que je tombe sous leur charme. Je préfère de loin les femmes intéressantes, qui ne voient pas que la "belle gueule" ...

Je m'arrêta là. Je n'avais rien de plus à ajouter puisque ma vie se résumait très rapidement. Mon seul vrai but, pour le moment, était mon métier, ma guitare de temps en temps ... Une relation de couple ? Je n'y avais jamais réellement pensé puisque je n'étais pas encore tombé sur "la bonne" ... Je bus alors une gorgée du vin, qui n'avait heureusement pas un goût de bouchon. C'est le problème avec les vieux vin, ce petit risque imprévisible. Je reporta ensuite mon regard sur la belle Cléore.
Je voulus ajouter quelques arguments mais cette fois, je n'en fis rien. Je préférais profiter de ce moment, de mon invitée.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Une rencontre n'est jamais due au hasard...." /Partie 2/ [Jack Taylor & Cléore A. Carew]

Message par Cléore A. Carew le Mer 15 Juil - 15:05

Jack paraissait heureux de m’avoir pour invitée. Tant mieux, je faisais tout pour me montrer exemplaire, car moi aussi j’étais heureuse qu’il m’ait invitée. Cependant j’étais tout de même un peu gênée de ne pas avoir la tenue adéquate. J’aurais pu mettre une des nombreuses robes que je possédais, ou même un jeans et un top auraient été plus approprié. Enfin bon, mon vieux jogging bleu pastel ne semblait pas trop déranger Jack, cela me rassurait quelque peu.
Quand je lui indiquais que mon niveau en cuisine était assez pitoyable, il rit. Je me laissai bercer par sa voix grave et son rire mélodieux… Lorsque je posai ma main sur son bras, Jack me regarda dans les yeux. Ses yeux étaient magnifiques, il semblait être d’une profondeur infini… Cependant, mon geste étant assez déplacé, je détournai le regard en même temps que j’enlevai ma main de son bras. Heureusement, Jack prit la parole juste après pour montrer que cela ne l’embêtait pas et il ne fit aucune remarque sur ma gêne. Je le remerciais mentalement, c’était vraiment quelqu’un de bien.
Je lui donnais ensuite le petit résumé de ma vie depuis que j’avais choisie de retourner à la civilisation. Ma réponse était assez large certes, mais j’avais était prise au dépourvue. Lorsque j’énonçais les personnes que je connaissais dans cette ville, mon hôte sourit. Cela devait faire un peu plus de dix fois que je voyais le visage de Jack s’illuminer ainsi en seulement quelques heures, mais je ne m’en lassais absolument pas. Et puis voir les gens heureux fait partie des choses qui me rendent heureuse, depuis toutes petite –et surtout lorsque j’apprécie ces personnes-.
Par la suite j’énonçais les quelques petites choses que je savais sur lui et qui me paraissaient super, mon hôte affichait toujours son sourire amusé ; qui, je trouvais, lui donnait beaucoup de charme. Lorsque j’ajoutais d’ailleurs cette qualité, je sentis la surprise qui émanait de lui. Cela augmenta un peu encore mon anxiété. J’osai lever les yeux sur son visage pour essayer d’y lire, ou d’y deviner quelque chose, mais je plongeai irrésistiblement dans ses yeux si intenses et mystérieux… Plus aucun de nous deux parler. Nous étions scotchés l’un à l’autre par le regard. Je sentis mon cœur s’accélérer légèrement. Jack ressentait-il la même chose ? Ce fut lui qui détacha son regard le premier, tout en reprenant la parole.
- Non, pas vraiment. Je ne joue de la guitare que pour moi et quelques fois pour les personnes qui me sont proches ...
Je brûlais d’envie de lui demander de jouer quelque chose. La guitare un instrument, que je trouve plein de magie, on peu faire tellement de mélodies différentes avec… Cependant, bien que j’aurais aimé que nous le soyons, je ne pensais pas que Jack me considérait comme proche… Il reprit :
- Même si, comme tu dis, beaucoup de filles me tombent aux pieds, ce n'est pas pour autant que je tombe sous leur charme. Je préfère de loin les femmes intéressantes, qui ne voient pas que la "belle gueule" ...
J’avais donc raison, beaucoup de filles lui tournaient autour. Mais ce qu’il avait ajoutait ensuite me « rassura ». A première vue, on pourrait penser que Jack était le genre d’homme que ma mère appelait les « coureurs de jupons », mais après avoir discuté un peu avec lui, je l’avais rayé de cette catégorie. Et cette phrase confirmait mes pensées.
Je ne savais pas tellement comment prendre sa deuxième phrase. Pensait-il que je faisais partie de ces femmes qui ne voient que « la belle gueule », pour reprendre ses mots, à cause de ce que je venais de dire ? Bien sûr que je trouvais Jack très beau et encore plus s’il n’était pas surnaturel, ce que je pensais fortement, mais j’avais envie de creuser, d’en savoir plus sur lui. Je ne voulais pas m’arrêter à l’aspect superficiel.
Jack but une gorgée de vin et je fis de même. Aucun de nous deux ne parlait. J’avais très envie de savoir ce que pensait Jack. Je me laissais glisser dans mes réflexions tout en essayant de savoir ce qu’il pensait de moi. Cela me rendait un peu anxieuse et je me mis à jouer avec mes mains. Seulement, j’étais tellement absorbée dans mes pensées, que j’en oubliai le verre que je tenais. J’en renversai la moitié de son contenu, l’excellent vin de mon hôte, sur ma veste et mon tee-shirt de jogging.
- Oh non ! Vraiment je suis désolée ! Je gâche ton très bon vin avec ma maladresse et je me rends moins présentable alors que je ne l’étais déjà pas vraiment. Je suis sincèrement désolée !
Je me confondis en excuse ne sachant pas vraiment comment réparer ma bêtise. Je n’osais pas lui demander la direction de sa salle de bain et s’il pouvait me prêter quelque chose que je pourrais me mettre de peur de paraitre encore plus impolie que je ne l’étais déjà.
Je sentis la colère, contre moi-même, monter en moi et j’essayais de la contrôler tant bien que mal. Il fallait toujours que je fasse quelque chose de travers ! Me joues devinrent plus rouges qu’elles ne l’avaient jamais étaient tant à cause de l’énervement que de la gêne.

---------------





Merci Nina ^-^:





Cléore parle en #cc3399
avatar
Cléore A. Carew


Alors moi c'est : Cléore
On m'appelle aussi : Adriel Vladislova / Cassiopée Harmon
Je suis agé(e) de : 130 ans
Je suis : un vampire
Et j'adhère à l'alignement des : surnaturels
Mon métier c'est : Professeure de mathématiques

Je suis ici depuis le : 08/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Une rencontre n'est jamais due au hasard...." /Partie 2/ [Jack Taylor & Cléore A. Carew]

Message par Invité le Mer 22 Juil - 23:57

Elle sembla alors engloutie par ses pensées. En le regardant, je n'avais qu'une envie, me glisser littéralement dans sa tête. Telle une petite souris, voir ce que nul autre ne pouvait voir. Malheureusement pour moi, cela était impossible et resterait une utopie ! La belle brune resterait encore et toujours un mystère pour moi ! D'un côté, cela ajoutait un pigment non négligeable à notre rencontre ! Sans doute comme Cléore, et en même temps, nous fûmes tirés de nos pensés par le petit accident qui survint. Trois fois rien, mais embêtant. La jeune femme avait reversé la moitié de son verre sur elle. Je fus épargné même si quelques gouttes étaient venues se poser sur mon tee-shirt.
Malgré son gêne grandissant, je me mis à rire. Je trouvais la situation comique ! Elle me dit ensuite ...

- Oh non ! Vraiment je suis désolée ! Je gâche ton très bon vin avec ma maladresse et je me rends moins présentable alors que je ne l’étais déjà pas vraiment. Je suis sincèrement désolée !

Le fait qu'elle précisa "très bon vin" me fit intérieurement sourire, mais je n'arrivais pas à m'arrêter de rire. Cela faisait tellement longtemps qu'une personne ne m'avais pas rendu comme ça !
C'est à mon tour, que je posa ma main sur la sienne comme pour lui montrer que ce n'était trois fois rien ! Peu de temps après, je repris mes pensées. Je levas mes yeux vers elle, qui était toute rouge. Je lui serras la main, main que je n'avais pas lâché depuis tout à l'heure.
C'est sur un ton calme que je lui demanda ...

- Voudrais-tu que je te montre où est la salle de bain ?

Un sourire amusé s'inscrit sur mon visage. Je la tira délicatement par la main et l'entraîna dans le couloir. Je lui lança un petit regard en arrière, par dessus l'épaule pour m'assurer que tout allait bien. Je m'arrêta tranquillement devant la salle de bain, puis je lui indiqua en quelque sorte qu'elle était à sa disposition. Je lui dis même ...

- Je t'en pris, fais comme chez toi ! Je vais te chercher quelque chose à mettre ...

Je laissa ma phrase en suspens. Je préférais ne rien ajouter avant de m'enfoncer. C'est donc en quelques instants, que je m’éclipsa, laissant la jeune femme seule dans la salle d'eau.
Une fois dans ma chambre, je me planta devant mon armoire. Qu'est que j'allais bien pouvoir lui donner ?
En deux temps, trois mouvements, je saisis donc un tee-shirt pour faire original ! Un pantalon ? A quoi bon, elle nagerait dedans !...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Une rencontre n'est jamais due au hasard...." /Partie 2/ [Jack Taylor & Cléore A. Carew]

Message par Cléore A. Carew le Ven 24 Juil - 17:44

Je n'avais pas seulement fait une énorme tâche sur mes vêtements, non, je remarquais aussi que quelques gouttes étaient arrivées sur le t-shirt que portait Jack. Quand j'étais enfants, ma mère disait souvent -toujours- que si la maladresse était un sport je serait championne du monde toutes catégories ; je crois que cet "accident" démontre que rien à changé, même après tout ce temps...
Je regardais la tâche rouge qui s'incrustait dans le tissu de mon t-shirt et jurait avec le bleu de celui-ci lorsque Jack se mit à rire. Je ne voyais absolument pas ce que la situation avait de drôle. J'avais surtout l'air d'une idiote, et très maladroite qui plus est. Même après mes excuses, le jeune homme continua de rire. Je me sentais un peu mal à l'aise mais je fis tout de même un petit sourire gêné.
Il posa ensuite sa main sur la mienne. Je tressaillis à la surprise du contact de sa peau sur la mienne. Elle était chaude et douce. Puis Jack leva les yeux sur mon visage encore rouge de colère et de gêne. D'après ce que je pouvais lire dans sur son visage, je pensais qu'il ne m'en voulait pas trop pour cet incident. Cela me rassura un petit peut et je détendis mes épaules que j'avais gardais crispée jusque là. Mon hôte serra ma main un peu plus fort et me demanda calmement.
- Voudrais-tu que je te montre où est la salle de bain ?
J’acquiesçais, sans un bruit, d'un petit signe de tête. Il se leva ensuite, toujours en tenant ma main dans la sienne, et je le suivis. J'avançais dans le couloir, guidée par Jack, jusqu'à ce que nous nous arrêtions devant une porte que je supposais être celle de la salle de bain. Étrangement, j'avais envie de rester encore ainsi de longues heures, j'avais envie que le temps s'arrête. Je ne voulais pas que sa main quitte la mienne. Il ouvrit la porte et je dus finalement lâché sa main pour rentrer.
La salle de bain était relativement grande, pour un homme seul. Je me dirigeai vers l'évier pour essayer d'enlever un peu la tâche avec l'eau lorsque la voix de Jack résonna dans le couloir.
- Je t'en pris, fais comme chez toi ! Je vais te chercher quelque chose à mettre ..
J'inclinais légèrement la tête en murmurant :
- Merci
Décidément, Jack était vraiment un homme charmant. Tout ce que je n'osais pas lui demandais, il l'avait deviné et me l'avait proposé. J'enlevais d'abord ma veste que je posais sur le rebord d'un meuble. Je retirais ensuite mon t-shirt et le passais ensuite sous l'eau du robinet. On ne sait jamais, un miracle pourrait faire disparaître la tâche rougeâtre...
Il y eut trois petit coups à la porte. Je l'entrouvris et Jack tendit le bras, un t-shirt à la main. Je le saisis et refermais de nouveau. J'essorais mon maillot désormais trempé et je le posais sur le rebord du lavabo, avant d'enfilais celui du jeune homme. Je regardais mon reflet dans le miroir. Le t-shirt était trop grand pour moi, je nageais dedans. Cette vision de moi, dans une tenue qui pourrait être un pyjama, chez un homme que je connaissais à peine mais qui me faisait me sentir tellement bien, m'arracha un sourire.
Je retournais ensuite au salon où Jack m'attendais. Par la même occasion je détachais mes cheveux à la façon des filles dans les films. Bon c'était un peu cliché, mais je n'avais encore trouvé de meilleur moyen pour qu'ils reprennent leur forme initial sans utiliser de brosse à cheveux. Ma chevelure ainsi libérée, je pourrais cacher mon visage, si la gêne venait de nouveau me voir. Je remerciais Jack pour son t-shirt d'un large sourire et ajoutai en riant et tournoyant sur moi même (ce qui fit légèrement voler ce maillot trop grand) :
- Je crois que c'est la taille et la forme qui me siéent parfaitement !
Je regardais Jack sans savoir ce que je devais dire. Mais mon esprit était plein de pensée positive pour Jack. Cela ne faisait que quelques heures que je le connaissais et je savais que je m'étais jurée de ne pas faire confiance facilement aux gens ; mais Jack était quelqu'un bien. Je le sentais au fond de moi. Si je faisais une petite entorse à ma promesse, personne le saurait puisque personne ne savait que je m'étais jurée quelque chose... Et puis,ce jeune homme n'était pas quelqu'un de bien, mon cœur ne s'accélérerait pas comme ça  à chaque fois que nos regards se croisent ou que nos peaux se touchent, si ?
Je sursautai, tirée de mes pensées par le bruit d'une sonnette. Peut-être que notre repas venait d'arriver ?

---------------





Merci Nina ^-^:





Cléore parle en #cc3399
avatar
Cléore A. Carew


Alors moi c'est : Cléore
On m'appelle aussi : Adriel Vladislova / Cassiopée Harmon
Je suis agé(e) de : 130 ans
Je suis : un vampire
Et j'adhère à l'alignement des : surnaturels
Mon métier c'est : Professeure de mathématiques

Je suis ici depuis le : 08/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Une rencontre n'est jamais due au hasard...." /Partie 2/ [Jack Taylor & Cléore A. Carew]

Message par Invité le Dim 9 Aoû - 14:33

Presque immédiatement après avoir enfoncé mon bras dans l'ouverture de la porte, Cléore s'empara du vêtement que je lui tendais. La rapidité de son geste montrait malgré elle son côté vif et gêné. Je trouvais cela plutôt mignon ! Allez savoir pourquoi. J'eus à peine le temps de retirer ma main qu'elle avait déjà refermé la porte. Vaquant dans mon séjour-salle à manger, je me décida enfin à nettoyer les quelques gouttes de l'élixir tombées sur le tapis. N'ayant plus rien à faire qu'attendre mon invitée, je m'affala sur le divan. Quelques secondes passèrent avant que le jeune femme fasse son apparition dans la pièce. Cléore avait entre temps libéré ses cheveux qu'elle remit en place comme une star. Sourire aux lèvres, elle fit ensuite un petit tour sur elle-même, laissant virevolter mon haut trop large pour elle. Je considéra je large sourire qu'elle m'adressais comme un remerciement. S'approchant de moi, elle me dit ...

- Je crois que c'est la taille et la forme qui me siéent parfaitement !

L'ironie de sa phrase me fit rire. Sautant à pied joint dans le plat, j'ajouta ...

- Si tu veux, j'en ai d'autre qui pourraient t'aller à merveille !...

Laissant encore une fois ma phrase (soit dit en passant idiote et inutile) en suspend, je plongea mon regard dans le sien. Ce dernier était profond, intriguant, rassurant ... Nous étions tous les deux immobiles, trop occupés avec nos pensées visiblement. Soudain, c'est en même temps nous fûmes ramenés à la réalité ... quelqu'un avait sonné à la porte.
En moins d'une seconde, je bondis sur mes jambes. En passant devant mon hôte, je lui toucha la main du bout des doigts. Je crus lui arracher un frisson, mais je n'en étais pas certain. Quoi qu'il en soit, j'ouvris la porte d'entrée. Il s'agissait bien du livreur, un petit homme, entièrement habillé à effigie de la marque de la pizzeria. Dans un premier temps, je le salua puis je m'empara de la pizza qu'il me tendais. Enfin, je lui remis l'argent. En moins d'une minute, l'homme avait déjà fait demi-tour.
Nous étions de nouveau seuls. Dos à la porte, je fis un grand sourire à Cléore. Je ne sais pas pour elle, mais moi j'avais le ventre qui gargouillait de faim !
Je ne savais pas si elle préférait manger à table ou sur le canapé ... Dans le doute, je fis confiance à mon instinct ... Elle semblait être une personne raffinée, même si le plat de ce soir était tout sauf ça !...
Quoi qu'il en soit, je déposa la pizza sur la table que j'avais préalablement mise pendant qu'elle était dans la salle de bain. Je n'avais donc plus qu'à lui tirer délicatement la chaise, à la manière des serveurs dans les grands hôtels. Puis, je pris place sur le siège en face d'elle.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Une rencontre n'est jamais due au hasard...." /Partie 2/ [Jack Taylor & Cléore A. Carew]

Message par Cléore A. Carew le Sam 15 Aoû - 23:12

Après ma petite "plaisanterie", Jack rit. Je dois dire que j'étais plutôt fière de moi, car c'était sans doute la première que je réussissais à le faire rire intentionnellement. Je n'étais pas très douée pour faire des blagues ou ce genre de choses alors, même si Jack avait rit plusieurs fois dans la soirée ce n'était pas quelque chose de voulu, contrairement à cet instant. Je ne me lassais pas d'entendre son rire viril, sa voix grave... Il entra dans ma plaisanterie et ajouta sur le même ton :
- Si tu veux, j'en ai d'autre qui pourraient t'aller à merveille !...
Je rougis une fois de plus jusqu'aux oreilles. Heureusement, cette fois, je baissais la tête et laissais mes cheveux bruns masquaient autant que possible la couleur pourpre que prenaient mes joues. Cependant, une pensée s'imposait à moi. Je n'avais qu'une seule chose en tête, une seule phrase... "Oui, je veux bien en porter d'autres, même s'ils sont trop larges pour moi et qu'ils ne me vont pas du tout ; tant qu'ils viennent de toi, je les porterais..." C'est à ce moment que je me rendis réellement compte que, bien que nous ayons passé seulement quelques heures ensemble, j'avais confiance en Jack comme si nous nous connaissions depuis plusieurs années, et je le laissais avoir sur moi une emprise équivalente.
Le jeune homme plongea ces yeux dans les miens, et comme à chaque fois qu'il faisait cela, je ne put faire autrement que de me noyer dans ses beaux yeux bruns... Des pensée contradictoires envahirent mon esprit. Je ne devrais pas lui accorder une telle confiance ; je le connaissais à peine. Mais il était si gentil avec moi...
J'aimais ces instants où j'avais l'impression que nous étions seuls au monde et que tout le reste autour de nous disparaissait. Mais ils me troublaient également et mes pensées devenaient parfois irrationnelles.
Le retour à la réalité eut quelque chose de brutal. Ce bruit de sonnette brisa la magie qui flottait dans les airs lorsque nous nous regardions Jack et moi. Quelque part je maudissais ce livreur de pizza, mais mon estomac affamait me chuchotait de lui pardonner. Jack se leva du sofa pour aller ouvrir la porte. Je ne le lâchais pas du regard. Lorsqu'il passa devant moi, je sentis ses doigts glisser sur ma main. Un frisson me parcourut l'échine. L'avait-il fait exprès ? J'espérais que oui. Je le voulais. En fait je crois que j'aurais même voulu qu'il me prenne la main et ne la lâche plus...
Je repris mes esprits lorsque j'entendis la porte se fermer. Jack me souriait et tenait notre repas dans les mains. Il sembla hésiter un bref instant pour une raison que j'ignorais, avant de se diriger vers la table. Je remarquais que celle-ci était mise. Mon hôte avait dû le faire lorsque j'enfilais son t-shirt. D'ailleurs, bien que je ne ressemblais sûrement à rien (je portais un pantalon de jogging bleu et un t-shirt d'homme trop grand), je me sentais bien dans ce haut. Je le suivis jusqu'à la table.
Jack m'aida à m'installer et tira ma chaise puis il alla s'installer en face de moi.
- Tu es un vrai gentleman ! Dis-je en guise de remerciement, et je le pensais sincèrement.
Nous prîmes ensuite chacun une part de pizza. Pour être honnête, je n'en avais pas tellement mangé au cours de mon existence. Après ma transformation, je m'étais contentée de poche de sang et pas grand chose d'autres.. Je commençais à manger ce que j'avais dans mon assiette avec mes couverts en priant pour ne pas tacher le t-shirt de Jack.
Je ne savais pas quoi dire. Pour moi le simple fait de dîner hors de chez moi était exceptionnel et je me sentais bien avec Jack, sa présence avait quelque chose de rassurant. Je décidais de dire la vérité.
- Je suis désolée, je ne suis pas très douée pour faire la conversation... Je gardais les yeux rivés sur mon assiette.

---------------





Merci Nina ^-^:





Cléore parle en #cc3399
avatar
Cléore A. Carew


Alors moi c'est : Cléore
On m'appelle aussi : Adriel Vladislova / Cassiopée Harmon
Je suis agé(e) de : 130 ans
Je suis : un vampire
Et j'adhère à l'alignement des : surnaturels
Mon métier c'est : Professeure de mathématiques

Je suis ici depuis le : 08/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Une rencontre n'est jamais due au hasard...." /Partie 2/ [Jack Taylor & Cléore A. Carew]

Message par Invité le Lun 24 Aoû - 14:22

Quand je lui tira la chaise, sa remarque me fit sourire et plaisir. En effet, c'est d'une petite voix qu'elle me dit ...

- Tu es un vrai gentleman !

 Il est vrai que je n'avais pas l'habitude de faire ce genre de chose, mais l'envie de lui faire plaisir me faisait aboutir à ces petits gestes. Sans m'en rendre compte, je crois que je devenait galant ! Cette femme était vraiment spéciale. Cléore me rendais différent et je le sentais bien. Elle était ce genre de touche de gaieté qui manquait dans mon quotidien. D'un geste de tête, je chassa cette pensée qui était une première à vrai dire. 
Je finis par faire le tours de la table, je servis ma belle invitée puis je me pris une part tout en la regardant. J'avais peur que mon regard se fasse trop insistant, donc je veillais à ne pas la regarder trop longtemps, pour pas qu'elle se sente mal à l'aise ... 
C'est les yeux rivés sur sa pizza que Cléore me dit,

- Je suis désolée, je ne suis pas très douée pour faire la conversation...

Je lâcha un soupire qui tirait plus vers le rire. Sa franchise était rare et amusante ! Ce petit bout de femme ne cessait de me surprendre et de me faire rire. Je repris la parole ...

- Ne t'en fais pas, je sais ce que c'est d'être timide ! Et pour le moment, tu t'en sors plutôt bien !

Si elle savait comme je suis timide au quotidien ! Aller à la rencontre des autres n'est pas vraiment mon point fort ! Étrange pour un pompier non ? mais c'est la vie ! je n'y peux rien je suis comme ça !
Pour changer de sujet et créer un peu une conversation, car oui, j'avais compris qu'il fallait que je lance un sujet, je lui dis un peu maladroitement il me semble ...

- Tu ... tu veux rester à la maison ce soir ? Heu ... je crois que cela prête à confusion ! Enfin pour regarder un film, manger du pop corn quoi !...

C'est bon, cette fois c'est officiel, c'est moi le plus maladroit ! Le président ne va pas tarder à m'appeler pour me remettre la palme d'or mondial !... Pour ne pas lui montrer que le situation m'était à ce point embarrassante et pour ne pas m'enfoncer plus, je décida d'avaler rapidement une autre bouchée de pizza ... J'espère que je ne l'avais pas froissée et qu'elle avait comprit qu'il n'y avait aucun sous entendu ...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Une rencontre n'est jamais due au hasard...." /Partie 2/ [Jack Taylor & Cléore A. Carew]

Message par Cléore A. Carew le Jeu 27 Aoû - 16:51

Après lui avoir dit que je n'étais pas spécialement douée pour faire la conversation, j'entendis Jack soupirer. Bien qu'il ne semblait pas moqueur, je n'osais pas relever la tête. J'aurais dû dire autre chose... Tout aurait été mieux que ce que je venais de dire, même parler de la pluie et du beau temps aurait fait l'affaire. Maintenant, mon hôte va sûrement penser que je ne suis qu'une idiote.. Tandis que je débattais avec moi même, le voix de Jack s'éleva.
- Ne t'en fais pas, je sais ce que c'est d'être timide ! Et pour le moment, tu t'en sors plutôt bien !
Sa réaction me soulagea. Il ne m'en voulait pas du tout. Au contraire, il semblait me comprendre, ne serait-ce qu'un petit peu. Mais je ne devrais pas m'inquiéter autant de ce qu'il pense, je ne le connais que depuis peu... Pourtant j'ai peur de le décevoir ou de le blesser, et j'aimerais le voir rire et sourire comme si nous avions toujours vécu ensemble. Rassurée, je continuais de manger ma part de pizza. Contrairement à ce qu'il venait de dire, Jack ne semblait pas être si timide que cela et surtout j'étais convaincue qu'il s'en sortait beaucoup mieux que moi !
Nous mangions toujours, en silence, lorsque Jack prit la parole, j'avais l'impression qu'il n'était pas totalement sûr de lui.
- Tu ... tu veux rester à la maison ce soir ?
Je relevai la tête de mon assiette et regardai mon hôte avec des yeux brûlant d'envie.
- Enfin pour regarder un film, manger du pop corn quoi !...
- Oui ! Bien sûr que je veux bien ! Oh..! Je portais une main à ma bouche me rendant compte que j'avais répondu plus vite que la politesse l'exigeait. Décidément, je faisais n'importe quoi. Je repris plus calmement. Je veux dire, j'accepte avec plaisir ton invitation.
Je bouillonnais de joie intérieurement. Après un dîner avec un être aussi charmant, je n'aurais eu aucune envie de retourner chez moi. Evidemment, je me doutais que quitter Jack après une soirée complète serait plus difficile qu'après un "simple" dîner ; mais pour le moment, j'avais juste envie de profiter de l'instant présent et de savourer ces quelques heures de plus en sa compagnie. La perspective d'une soirée seule avec lui est très attirante et me comble de joie ! Je décidais de poursuivre la conversation sur le même sujet.
- Tu aimes un genre de film en particulier ?

---------------





Merci Nina ^-^:





Cléore parle en #cc3399
avatar
Cléore A. Carew


Alors moi c'est : Cléore
On m'appelle aussi : Adriel Vladislova / Cassiopée Harmon
Je suis agé(e) de : 130 ans
Je suis : un vampire
Et j'adhère à l'alignement des : surnaturels
Mon métier c'est : Professeure de mathématiques

Je suis ici depuis le : 08/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Une rencontre n'est jamais due au hasard...." /Partie 2/ [Jack Taylor & Cléore A. Carew]

Message par Invité le Sam 26 Mar - 23:04

Après lui avoir proposé de rester à la maison, Cléore me répondit assez rapidement :

- Oui ! Bien sûr que je veux bien !

Presque immédiatement la jeune femme porta sa main à sa bouche comme gênée d'avouer que c'était sympa d'être avec d'autres gens que ceux de tous les jours. Cela ne me stoppa pas, car je dois admettre qu'intérieurement j'étais exactement comme elle. Je me contenta donc de lui adresser un large sourire. De toute manière je ne me voyais pas faire autre chose !
Puis elle reprit.

- Je veux dire, j'accepte avec plaisir ton invitation.

Si un feu d'artifice pouvait exploser en moi, il y en aurait tellement que des lunettes auraient été nécessaires pour regarder ! Je faisais tout pour qu'elle ne voit rien mais la tâche était de taille ! Mais il fallait me comprendre, en général toutes les femmes que je rencontrais ne venaient décidément que pour une nuit.
Cependant, il me semble que mon impulsion pour débarrasser la table m'avait trahi !
Comme nous avions terminé, je lui demanda tout de même  ...

- Tu veux un dessert ou les pop corn feront l'affaire ?

En même temps, j'avais commencé à tout fourrer dans le lave-vaisselle. Vue de l'extérieur, je devais ressembler soit à un petit clown soit à ... un mec qui ne se sert presque jamais de son électroménager préférant manger sa pizza dans le carton ...
Je lacha donc tout ce que j'avais dans les mains pour lui montrer que je l'écoutais entièrement ...
Dès que j'eus ma réponse,  je termina ce que j'avais commencé, rapidement.

Une fois mon fardeau terminé,  je me tourna vers Cléore. Je m'avança tranquillement vers elle pour lui attraper la main. Je l'attira alors délicatement vers moi. Sa main était froide mais cela ne me surpris pas plus que ça. Généralement, les femmes sont toujours glacées, si possible emmitouflées dans une couverture ou encore blotties dans les bras de leur homme ! Une fois la jeune femme proche de moi, je passa mon bras autour de sa taille, fine, pour l'entraîner vers les divan ... encore ... En même temps, je n'allais pas la traîner dans ma chambre pour y regarder la télé ! Je pense pas qu'elle me laisserait faire de toute façon !  
Humm pour chasser cette idée séduisante de ma tête, je serra sa taille davantage.
Puis je repris un peu l'air rêveur suite à mes dernières pensées  ...

- Heu du coup ... je vais préparer le dessert ! La vidéothèque est juste la ! Je te laisse le soin de choisir un film !!!

Avant de l'abandonner, je me permis de lui caresser la joue du bout de doigt. Puis, je lui lança encore un sourire amusé. Une fois dos a elle, je me mordis la lève grrr dans cette situa j'étais complètement divisé. Autant ma conscience naturelle me disait d'y aller "normalement" avec elle aurant mon instinct de gentleman me disait de rester l'homme simple que je suis le reste du temps  ... Mais Cléore éveillait une part de moi que j'avais oublié depuis longtemps ...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Une rencontre n'est jamais due au hasard...." /Partie 2/ [Jack Taylor & Cléore A. Carew]

Message par Cléore A. Carew le Dim 3 Avr - 0:12

Mon manque de politesse ne sembla pas choquer mon hôte. J’étais tellement gênée d’avoir répondu si vite. En plus cela trahissait très certainement une partie de ces sentiments que Jack faisait naître petit à petit en moi. Comme celui de me sentir humaine à nouveau. Plutôt que de me blâmer pour mon manquement à l’étiquette, le jeune homme m’offrit le plus magnifique des sourires.
Très rapidement, juste après ma réponse, Jack se leva et commença à débarrasser la table. J’osais secrètement espérer que cette hâte était dû, comme pour moi, à l’excitation provoquée par la perspective de passer cette soirée ensemble ; mais en réalité, j’ignorais totalement si j’avais raison ou non. Je le suivis, nos verres à la main que je posais ensuite sur le comptoir, tandis qu’il emmenait nos assiettes dans la cuisine.
-Tu veux un dessert ou les pop corn feront l’affaire ? Me demanda-t-il alors.
Je regardais Jack essayer, tant bien que mal, de ranger correctement nos couverts et assiettes dans le lave-vaisselle. Je souris légèrement, il semblait que « mal » correspondait mieux que « bien » dans cette situation !  Heureusement que nous n’étions que deux. Je n’ose pas imaginer comment se serait débrouillé Jack si nous avions était quinze avec tout le cérémonial qu’exigeait un grand repas. Le monde avait beau avoir évolué, certaines choses ne semblaient pas changer ; les hommes et les tâches ménagères ne semblaient pas compatible. Le jeune homme abandonna finalement sa vaisselle le temps d’écouter ma réponse.
-Je pense qu’il ne vaut mieux pas te donner plus de vaisselle, affirmais-je en me moquant gentiment de ses piètres compétences ménagères. Le pop corn fera parfaitement l’affaire.
Jack reprit sa tâche pendant que je faisais le tour pour me rapprocher un peu de lui. J’étais un peu hésitante. J’avais envie d’être plus proche encore de cet homme, mais que penserait-il de moi si je le collais trop…
Je ne vis pas Jack finir, mais je sentis sa main saisir la mienne. Elle était forte, puissante et douce  à la fois. Mais par-dessus tout, elle était chaude. Une chaleur humaine que je n’avais pas ressentie depuis longtemps. Je frissonnais au contact de celle-ci. C’est lorsque mon hôte m’attira doucement à lui que je quittais toutes ces réflexions. Nous étions si près l’un de l’autre que je pouvais sentir son souffle. Mon cerveau était alors incapable de former une seule pensée cohérente. Puis Je sentis le bras de Jack faire le tour de ma hanche et passer dans mon dos. Mon cœur s’accéléra et mes joues s’empourprèrent. Le jeune homme m’entraina dans sa suite vers le divan en resserrant son étreinte autour de ma taille. Je mentirais si je disais ne pas avoir eu de pensée pas très catholique durant ce court trajet… Nous étions toujours aussi près l’un que l’autre lorsque Jack brisa le silence.
-Heu du coup… Je vais préparer le dessert ! La vidéothèque est juste là ! Je te laisse le soin de choisir un film !
Mon hôte semblait, tout comme moi, sortir de ses pensées. Les miennes n’étaient pas encore prêtes pour être révélée mais je me demande quelles étaient les siennes… Je sentais que le moment où nous devrions nous séparer aller arriver. Nous ne quittions pas réellement mais je n’avais aucune envie de mettre, ne serait-ce qu’un mètre, entre nous. Jack se détacha de moi mais avant de repartir vers la cuisine, il laissa glisser ses doigts sur ma joue. J’avais envie de lui sauter au coup mais à la place, je me retins de tout mouvement et baissais la tête lorsque je me sentis rougir. Quand je la relevais, Jack avait un sourire amusé sur les lèvres, et fit deux pas en arrière avant de me tourner le dos et d’aller vers la cuisine.
Je me dirigeais à mon tour vers l’endroit qu’il m’avait indiqué. Le jeune homme avait beaucoup de films, parfois très différents les uns des autres. J’avais toujours des papillons dans le ventre et je n’arrivais pas à me concentrer pour lire les titres sur chacun des DVD. J’en piochais donc un au hasard. La couverture semblait annoncer un film assez effrayant, mais cela ne me gênait pas ; au contraire, cela me donnerait une raison de plus pour me blottir à nouveau dans les bras de Jack. Je me retourner vers lui qui s’afférait dans la cuisine.
-Celui-là te va ? Lui demandais-je.
Je marchais à mon tour vers la cuisine pour le rejoindre, car être auprès de cet homme me faisait me sentir bien ; il me faisait me sentir femme et humaine à nouveau.

---------------





Merci Nina ^-^:





Cléore parle en #cc3399
avatar
Cléore A. Carew


Alors moi c'est : Cléore
On m'appelle aussi : Adriel Vladislova / Cassiopée Harmon
Je suis agé(e) de : 130 ans
Je suis : un vampire
Et j'adhère à l'alignement des : surnaturels
Mon métier c'est : Professeure de mathématiques

Je suis ici depuis le : 08/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Une rencontre n'est jamais due au hasard...." /Partie 2/ [Jack Taylor & Cléore A. Carew]

Message par Invité le Mar 28 Juin - 9:03

Comme depuis le début de la soirée, Cléore ne cessait de me faire sourire. Un sourire que je n'avais pas porté depuis bien longtemps : un sourire sincère; vrai.
Je dois avouer que c'est très agréable de ne pas se prendre la tête avec les banalités que l'usage nous impose. Avec cette femme, tout me paraissait simple et cela me rendait heureux. Oui, j'étais heureux, c'était le bon mot.
Par ailleurs, elle semblait partager mon ressentis. Serais-je sur la bonne voie avec elle ? Sur la même longueur d'onde comme on dit ? Cela me ferait vraiment plaisir. Cependant, je pense être prêt à l'attendre s'il le fallait. Oh la la, je pense que je m'avançais trop. Ou pas. Je sais pas en fait. Ce n'est pas du tout dans ma nature mais depuis la forêt, je ne suis plus dans mes habitudes.
Au bout de quelques instants, je pris conscience que depuis que j'avais rejoins la cuisine, j'avais tout fait de manière machinale. Les pop corn gentillement demandés par la belle pour m'éviter plus de vaisselle étaient finis et je n'étais plus seul. Elle me demanda ...

-Celui-là te va ?

Mon regard se porta sur la jeune femme qui portait toujours mon t-shirt trop grand. Cela lui allait autrement que le jogging bleu ciel qu'elle portait lors de notre rencontre, bien qu'il lui allait très bien. Il mettait ses formes en valeur. Mais je trouvais que mon haut la rendait plus sexy.
Je jeta à peine un coup d’œil au film qu'elle avait choisit avant de reporter mon regard sur elle. Je voulus aller l'embrasser mais je me retins. Non. Je n'allais pas faire comme avec les autres femmes qui pour moi ne signifiaient rien. Cléore est différente.
C'est donc rapidement que je répliqua, amusé par son choix,

- Tu est certaine de vouloir regarder celui la ?  

Je n'étais pas un bleu dans le domaine, je savais très bien pourquoi elle avait choisit celui la précisément. Mais je n'allais pas m'en plaindre ! Ah la la, je l'adore. Finalement elle me ressemble beaucoup !
Je pris alors mon bol de pop corn avant de la reprendre par la taille pour l'entraîner dans le salon. Je la serra peut être d'avantage contre moi. Une fois sur le canapé, vu la froideur de ses mains, je m'éclipsa quelques secondes encore pour trouver une couverture. De retour, je lança le film. Je n'eus cependant pas le courage d'attendre quelques minutes avant de passer mon bras autour de son cou. Guettant toute réaction, je ne laissa rien transparaître. On ne peut pas entièrement changer en une soirée !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Une rencontre n'est jamais due au hasard...." /Partie 2/ [Jack Taylor & Cléore A. Carew]

Message par Cléore A. Carew le Lun 11 Juil - 22:28

En arrivant du côté de la cuisine, l’odeur du maïs grillé envahit lentement mes narines. C’était une odeur chaude et sucrée. Elle était très alléchante et aurait sûrement donné envie à n’importe qui, mais ce qui me préoccupait à ce moment ce n’était pas tellement la nourriture que mon hôte nous avait préparé pour le dessert… Mais plutôt l’hôte lui-même ! Il me dépassait d’une bonne dizaine de centimètres, il avait les épaules carrées et je croyais pouvoir deviner que sous le t-shirt qu’il portait, assez similaire à celui qu’il m’avait prêté d’ailleurs, que Jack était plutôt musclé. En fait cela lui donnait une allure très protectrice qui correspondait tout à fait à sa profession de pompier.
Lorsque le son de ma voix parvint à Jack, celui-ci se retourna. Avant de regarder la couverture du dvd que j’avais choisi, ses yeux bleus glaciers se posèrent sur moi. Ils me transpercèrent. J’avais l’impression qu’il qui j’étais réellement, au-delà de la femme que j’étais devenu suite à l’éducation que j’avais reçu de mes parents, au-delà de ma transformation en vampire à cause de William. Jack me voyait juste moi. J’avais l’impression d’être mise à nue et c’était assez déconcertant. J’agrippais de mon poing le bas du t-shirt trop grand de Jack et, étrangement, cela me rassura un peu.
Mon hôte regarda rapidement le film que j’avais choisi et un sourire amusé s’étira sur ses lèvres.
- Tu es certaine de vouloir regarder celui là ? Me mit-il en garde.
J’hochais alors vigoureusement la tête, comme une petite fille tandis que Jack récupérait le bol de pop-corn. Je n’avais jamais vraiment regardé de film d’horreur étant donné qu’à l’époque de ma jeunesse il n’y en avait pas et que je n’étais pas devenue très sociable en vieillissant… Mais cela ne pouvait pas être à ce point effrayant, pas aussi effrayant que la vie que certaines créatures de l’ombre pouvaient mener, que celle que j’avais menée… ? De toute façon cela m’importait peu, tout ce que je voulais c’était rester le plus longtemps possible avec Jack.
C’est alors qu’il glissa à nouveau son bras autour de ma taille pour me conduire jusqu’au sofa. Je dois avouer que j’adorais cette proximité entre nous. Je levais les yeux sur le beau visage de mon hôte pendant le cours trajet qui reliait la cuisine eu salon et je crois que si je ne mettais pas retenue, je lui aurais déposé un baiser sur la joue…
Nous étions assis sur le canapé depuis moins de trente secondes, que le jeune homme se relevait déjà et se dirigeait vers je ne sais quelle pièce. Il me laissa seule, la boîte du dvd sur la table basse et l’écran de télévision noir. Avais-je fait ou dis quelque chose ? A moins que ce ne soit quelque chose que je n’ai pas fait… ? Je commençais littéralement à paniquer intérieurement lorsqu’il réapparut une couverture à la main. Une multitude d’émotion se bouscula alors en moi. Le soulagement de ne rien avoir fait de mal ; le mal être et la tristesse car le pompier avait du sentir ma peau aussi froide qu’un mort et cela me rappelait à quel point j’étais différente de lui ; et la gêne d’être à l’origine de tant d’attention, je n’avais pas l’habitude qu’on s’occupe de moi. Mes joues rosirent une nouvelle fois et je remerciais timidement mon hôte lorsqu’il plaça la couverture autour de moi.
Il lança ensuite le film avant de venir s’asseoir à côté de moi. A peine le générique de début, qui consistait à mettre le nom des acteurs principaux, était-il finit que Jack passa son bras autour de mon cou. Je tournais immédiatement mon visage vers le jeune homme en me demanda s’il ressentait la même chose que moi, si lui aussi se sentait différent en ma présence et s’il avait envie d’être toujours plus proche de moi… En tout cas c’est ce que moi je souhaitais, ne jamais le quitter. Je laissais toute ces réflexions et me rapprocher de Jack de manière à pouvoir poser ma tête au creux de son épaule. Je ne mettais pas sentie aussi bien depuis longtemps.
Le film commença et la première demi-heure fut plutôt calme. Je jetais de temps à autre des coups d’œil à Jack mais je restais toujours silencieuse. J’aurais pu rester assise ainsi contre le jeune homme pour l’éternité. J’étais complètement absorbée par une scène plus que calme montrant une petite fille dans sa chambre lorsque la première image terrifiante apparue sans crier gare. Je ne mettais pas préparée à cela et j’eu réellement peur. Tellement peur que je ne me contrôlais pas et m’agrippais de toutes mes forces à Jack en enfouissant ma tête dans son t-shirt pour ne plus voir l’écran. Sa chaleur et son odeur était rassurante.
- Je crois que tu avais raison… murmurais-je doucement en relevant la tête. Je ne suis plus si sûre de vouloir regarder le film… Ajoutais-je en plongeant irrémédiablement dans ses yeux…

---------------





Merci Nina ^-^:





Cléore parle en #cc3399
avatar
Cléore A. Carew


Alors moi c'est : Cléore
On m'appelle aussi : Adriel Vladislova / Cassiopée Harmon
Je suis agé(e) de : 130 ans
Je suis : un vampire
Et j'adhère à l'alignement des : surnaturels
Mon métier c'est : Professeure de mathématiques

Je suis ici depuis le : 08/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Une rencontre n'est jamais due au hasard...." /Partie 2/ [Jack Taylor & Cléore A. Carew]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum