Ciel! Mon mari!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ciel! Mon mari!

Message par Sébastien Colbung le Mar 11 Avr - 21:49

       

       
Ciel ! Mon mari !

Sam, Erik, Seb

       

Je me fais bien beau.  Ça fait à peu près quatre jours que Sam et moi nous sommes rencontré, mais ne nous sommes pas revu depuis. Vu que nous sommes vendredi, et que vendredi tout est permis, et qu’en plus c’est enfin l’heure de fermeture, je vais me faire un plaisir d’aller à ce fameux bar des surnaturels. Depuis que j’ai eu un avant gout avec ce loup-garou, je n’ai qu’une autre idée en tête : recommencer. C’était tellement bon, jouisssif… si je trouve quelqu’un, je m’arrange pour savoir si c’est un vampire ou autre. Selon la personne, ça sera chez moi ou chez l’autre. Je me questionne sur quel type de gens je recherche pour ce soir. Home ou Femme ? hmm… je suis plus homme en ce moment. Quelle race ? on verra sur le tas. Caractère ? Celui au bon feeling. Je bois beaucoup ou juste un verre ? Aller, juste de quoi être un peu zinzin.


J’ai cette particularité de ne pas être très résistant face à l’alcool… non mais vraiment pas du tout. Je bois deux wisky je suis déjà à mis chemin vers le « bourré qui danse à poil dans la rue ». C’est parfois amusant, parfois handicapant. Là, pour le coup, ça sera amusant. J’ai brossé ma barbe après l’avoir un peu retaillé, mes cheveux sont mis eu queue de cheval soigné et j’ai pris un bain avec un savon miel et lavande. J’ai mis une chemise blance avec une petite veste sans manche noire, et un pantalon un peu ample gris sombre. Si avec ça j’attire pas au moins UNE personne dans ce bar, je rentre à la maison et me gave de glace au chocolat en écoutant un album de Simon Curtis. Me voici arrivé. Il ne m’a pas mentit et m’avait même très bien indiqué le lieu ! Parfait. Je prends une grande inspiration… et entre dans ce bar !

L’avantage, c’est qu’avec cette odeur de sueur, d’alcool et de sexe… car oui j’en vois deux au fond qui ce bécote voir plus… je vais passer plutôt inarperçut pour le moment en tant qu’humain. Dire qu’ici se trouve (presque ?) uniquement des surnaturels… woaw… quand on m’a dit que Fearwood était l’un des paradis des non-humains, je ne m’attendais pas à tant de monde. Quoi ! mais… C’est l’un de mes livreurs ! et il joue avec une boule de feu qu’il a fait apparaitre. Je vais pouvoir le taquiner sur ça demain. C’est idiot de me l’avoir cacher, surtout qu’il sait que je suis le « fou du coin ». Je m’installe dans une table tranquillement. Une serveuse très belle… et aux crocs très voyants… me demande ce que je veux boire. Une vampire blonde avec une tenue pour le moins... affriolante.

 - un mojito, s'il vous plait.

  - bien mon grand.

Et elle part chercher la boisson, moi je passe mon regard sur l'assemblée. Hm... j'avoue avec quand même une petite peur : que se passera-t-il lorsque tous découvriront que je suis un humain? Ils vont accepter, me gerter... me tuer?  naann, quand même pas! Surtout que je suis connu par certains, je les reconnais, et ils prendront ma défense. J'espère! Bref, je regagne mon calme temps que personne ne sait. Ha, la serveuse revient avec ma boisson, je paye directement. Je ne laisse le pourboire que à la fin, comme d'habitude. En attendant, je me détends et patiente un peu, voir si quelqu'un m’aborde. Sinon je me jetterai à l'eau.

       
codage by Wiise


Dernière édition par Sébastien Colbung le Jeu 15 Juin - 13:10, édité 1 fois

---------------

Je vous écris en   000099

avatar
Sébastien Colbung


Alors moi c'est : Sébastien
On m'appelle aussi : Camélia Mutuan
Je suis agé(e) de : 36
Je suis : un humain
Et j'adhère à l'alignement des : neutres
Mon métier c'est : Vendeur dans un bric-à-brak
Je suis ici depuis le : 24/10/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ciel! Mon mari!

Message par Sam Torrance le Mer 12 Avr - 12:52


I really need a drink...
.


 

Cela fait déjà plusieurs jours que j’ai repris le boulot comme si de rien était. Plusieurs jours me sépare de mon escapade mortelle dans les bois et de ma rencontre avec un humain totalement fou qui ma héberger pour la nuit en m’offrant son aide. J’ai fait mon connard de base, j’ai pris son aide, je l’ai pris lui et le lendemain on s’est quitter je ne l’ai jamais rappelé. Je me sent un peux honteux de faire ça mais en même temps je n’ai pas envie qu’il pense que parce que l’on a couché ensemble une fois cela veux dire que l’on va recommencer où que cela fait de nous une sorte de couple. Cette idée me faire rire, seul dans le noir à regarder la nuit se lever avec un croissant de lune parfait.

J’ai heureusement récupéré ma voiture dans la forêt et mes affaires laisser dans la grotte. Je n’ai plus aucune trace de ce qu’il c’est passer durant mon badtrip où j’ai carrément tenter de me foutre en l’air en buvant une bouteille d’eau remplie d’aconit. Heureusement pour moi je ne suis pas douer en matière de suicide, enfin c’est surtout mon coté schizophrène qui ma sauvé, la partie loup en moi ne voulais pas mourir. Seule chose qui me reste se sont les vêtements prêté par Sébastien lorsqu’il ma ramené et une légère odeur de lavande qui me colle à la peau sans que j’arrive à m’en débarrasser.

Les journée sont plutôt calme au travail, rien de bien affriolant. Toujours les même mèmère qui vienne avec leur pauvre chien parce qu’il a éternuer, des bobos de base, des examens de routine et pas mal de vaccin. Je me met à regretter ma vie de vagabon où je voyageais au jours le jours, travaillant dans des fermes, soigner tout type d’animaux. Ça c’était intéressent. Cette vie me manque. Non… Ce qui me manque vraiment c’est la partie avant le vagabondage. A Ses côté je pouvais faire le boulot le plus routinier et le plus chiant j’aimais ça. J’aimais ça car je savais que le soir j’étais avec Lui.

Je secoue la tête et pose ma tête contre la vitre froide. Je n’ai pas envie de penser à ça. Lorsque je vois comment tout est parti en vrille je me demande si je n’ai pas rêver ses cinq années de bonheur. Non je ne les ai pas rêver, j’avais seulement mis une énorme paire d’œillère pour me concentrer sur ce qui me plaisait vraiment. J’ai fermer les yeux sans m’en rendre compte juste parce que je ne voulais croire qu’en une chose son amour pour moi. J’ai la gerbe au bout des lèvres à cette penser et j’ouvre la fenêtre pour avoir un peux d’air frais.

Aujourd’hui ça à été particulièrement dur au travail… Une grand-mère est venu nous voir pour nous demander si on avais pas retrouver son chien, ou si il n’avait pas été signaler au service. Rien de bien extraordinaire jusqu’à ce que la femme éclate en sanglot et explique que ses petits enfant on disparus depuis plusieurs jours avec le chien et qu’elle espérais qu’un gros chien comme ça ne passe pas inaperçu. Au fur et à mesure de ses explications le malaise m’envahis. Désolé mamie… Kiki est mord je l’ai bouffer et les gosses avec.

Je suis sorti juste après pour vomir mes tripes. Je pensais pouvoir échapper à cette histoire, cette erreur que j’ai commise sous une impulsion de folie mais non. Je vais devoir faire avec ça. Je vais devoir vivre avec ça comme avec tout le reste. Un sort d’amnésie serais pas mal… je me demande si c’est possible… tout oublier, l’oublier même Lui. Non ça se serais impossible. Il est ancré dans ma chair, agripper comme un chat sauvage à mon cœur en le lasserait sans ménagement, il est imprimer dans mon cerveau et jamais il ne laissera cette place de choix. Aucune magie n’est assez forte contre ça, aucune drogue ne peux le faire partir, les médicaments que je vol le chasse un temps de mon esprit mais il revient toujours et de plus en plus présent et actif dans mes hallucination. En parlant de ça… je choppe un flacon rempli de petite gélules blanche et en prend deux que je croque en fermant les yeux.

Ouais je crois que je deviens complètement fou.

J’ai besoins de boire un verre, sortir, voir du monde. Je prend une douche et j’enfile des vêtement propre. Je n’ai pas vraiment envie de faire un effort vestimentaire alors je me contente d’enfiler une chemise blanche très simple, un jeans sombre et je passe une paire de rangers. J’attrape mon manteau beige et mon porte feuille remplis d’assez de billet pour me noyer dans le rhum et je sort. J’opte pour la marche. J’habite en centre ville c’est l’avantage, tout est accessible à pied. Mes pas me conduisent tout seul. Viens l’embranchement vers deux bar différents. Bar classique ? Bar surnaturel ? J’opte presque instinctivement vers le bar surnaturel. C’est risqué je risque d’y croisé le grand loup noir mais c’est peut-être ça que je veux, me battre, en prendre encore plein la tête tout ça pour que ça finisse comme d’habitude, par une baise sans la moindre douceur et jeter comme une merde.

Je passe la porte et mon odorat lupin est agresser par les odeur. Pouaaah quel est l’enflure qui fume des cigare à l’intérieur ? Un grondement m’échappe sous cette agression olfactive et le pénètre dans le bar en vitesse. Odeur de fumé, cigare, parfum en tout genre, alcool, sang, sperme et en arrière fond celle de la cire à bois qui à du être passé dans la journée. Quel mélange affriolant… je préfère faire abstraction de mon flair pour la soirée pour ne pas le bousiller. Mon regard parcours la salle, ma rétine programmé pour détecter qu’une seule personne. Je pousse un soupire mêlé de soulagement et de déception. Il n’est pas là, tant pis, tant mieux. La salle est bien remplie et je me fraye un chemin en jouant des hanches pour passer. Je m’installe à une petite table. La serveuse viens me voir.

- T’as une sale tête mon louloup… je te sers comme dab’ pour te remonter ?

J’acquiesce et elle s’éloigne. Un vrai habitué, je suis connue comme le loup blanc ici, Ha...Ha...Ha… En même temps en plus d’être un alcoolique notoire, je ne passe pas inaperçu avec Erik lorsque l’on se retrouve ici. Entre les bagarre qui tourne pratiquement en baise publique, les nuisances sonore à l’étage sans compté les plusieurs fois expulsé avec menace de ne plus être accepter lorsque j’ai créer des bagarre général parce que monsieur draguais ouvertement devant moi. Depuis on me connais et j’ai une réputation sur le dos qui m’emmerde un peu.

La jeune femme reviens avec un verre double dose de rhum brun épicé et je la gratifie d’un sourire. Il y a un certain brouhaha ambiant mais on entend quand même en fond de la musique. A défaut d’avoir une nuit palpitante je vais me détendre et boire quelques verres tranquillement, profité de ce moment de calme à l’extérieur pour faire le vide dans mon esprit. Le rhum coule dans ma gorge et picote ma langue délicieusement. Je soupir d’aise mais un brouhaha plus important de foule et des sifflets me sorte de mon moment de plaisir. J’ouvre les yeux et me tortille sur ma chaise pour voir ce qu’il se passe. Trop de monde on voit rien… ah si ! Il y a un mec qui grimpe sur le bar pour danser. Tsss quel allumé celui là. Je porte mon verre à mes lèvres et manque de m’étouffer lorsque je vois l’homme se retourner.

Sébastien ??? Je repose mon verre et l’observe deux seconde faire son show et danser sur le bar. Je deviens livide. Mais qu’est ce qu’il fou là ? Enfin oui je sais que je lui ai donner l’adresse du bar mais qu’est ce qu’il fou à ce déhancher sur le bar entourer de vampire près à lui mordre la jugulaire jusqu’à ce que mort s’en suive ? Non mais c’est un grand malade ! Je me lève et bouscule des gens sur mon passage en montrant les crocs à la moindre remarque. Je claque des dents et lâche un jappement d’intimidation à un mec qui me choppe par l’épaule puis me place devant le comptoir.

- Sébastien descend de là tout de suite…

Il a l’air bien chaud et il ne se rend pas compte à quel point il représente un amuse gueule facile à bouffer dans cette situation entourer de Vampire et de Loup. Il n’a pas l’air de vouloir descendre alors je grimpe légèrement sur un tabouret pour pouvoir l’attraper par la taille et le porte dans mes bras pour le faire descendre. J’évite le regard de la foule et garde l’humain dans mes bras, heureusement pour nous ils nous laisse passer, ma réputation de teigneux complètement fou qui ne lâche rien à du bon… Bon peut-être que personne me touche parce que pour la plupart d’entre eux j’ai estampillé au fer rouge sur ma gueule (et surtout mon cul) « propriété d’Erik Sambre ». Je préfère quand même me dire que c’est pour moi, ma force de loup et non la peur du grand méchant loup noir que les gens recule. Mais quel idiot cet humain ! Heureusement pour lui mon odeur était encore sur lui ce qui peut semer un peux le doute sur son identité. Une fois dans un coin tranquille je l'assoie à une table et me place face à lui.

- T’es vraiment inconscient ! Si j’avais su que c’était pour te donner en spectacle pareille de manière suicidaire je ne t’aurais pas indiqué le bar mais la morgue la plus proche.

 


---------------

What can you do for love ?



What Kind of Love ?:
avatar
Sam Torrance


Alors moi c'est : Samuel ou Sam c'est parfait aussi
On m'appelle aussi : James A. Holden
Je suis agé(e) de : 30 ans
Je suis : un loup garou
Et j'adhère à l'alignement des : surnaturels
Mon métier c'est : Vétérinaire

Je suis ici depuis le : 29/09/2016

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum