"We can't hide what we really are anymore" [Lia Marshall, Nina Hartwig, Marina Blaye & Cléore A. Carew]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

"We can't hide what we really are anymore" [Lia Marshall, Nina Hartwig, Marina Blaye & Cléore A. Carew]

Message par Cléore A. Carew le Ven 16 Déc - 22:01

J'avais beau me plaindre de mes élèves, dire que j'étais fatiguée de leur faire cours, tout cela n'était que des plaintes de surfaces, des plaintes fantômes... Sinon pourquoi aurais-je accepté de surveiller ce bal ? Leur faire cours faisait désormais partie de ma routine. De mon quotidien d'être humain, parce qu'à leurs yeux (ou du moins pour la grande majorité d'entre eux) je n'étais rien d'autre qu'une professeure de mathématiques un peu énervante sur les bords. Me fondre ainsi dans la masse me plaisait. Et puis au fond ces adolescents n'étaient pas vraiment méchant. Quand le proviseur avait fait une demande pour savoir quels professeurs pourraient venir surveiller le bal de Noël du lycée, j'avais d'abord refusé. Je ne voulais pas m'afficher au milieu de mes élèves en leur servant de chaperon, j'avais mieux à faire.. Mais au final, je me retrouvé ici, dans la salle communautaire de Fearwood au milieu des quelques jeunes arrivés en avance. Il s'était avéré que je n'avais rien eut de mieux à faire un vendredi soir. Et sortir, voir du monde, même en temps que surveillante ne pouvait pas me faire du mal, bien au contraire.
Cela faisait si longtemps que je n'avais pas participé à une fête... Je me souvenais à peine de l'atmosphère et l'ambiance dégagé par ce genre d'événement. Le dernier au bal auquel je m'étais montrée datait au moins d'une bonne centaine année... Oui c'est ça, en 1910, peu avant que William ne fasse de moi ce que j'étais désormais. Je me souvenais de la robe que je portais ce soir là. Mais surtout, je me rappelais que c'était durant cette soirée que mon père m'avait annoncé son intention de me marier rapidement. J'étais tellement bouleversée qu'à la première occasion le lendemain, je m'étais échappé pour voir celui qui était mon amant. Peut-être que je n'aurais pas dû.. Peut-être aurais-je du obéir à mon père. Ce n'était pas le plus tendre des parents, mais lui n'était pas un monstre et rien de ce qui arriva à la suite de cette visite ne se serait passé...
Un brouhaha élevé me sortie de ces douloureux souvenirs. Les élèves étaient arrivés par petits groupes de quatre ou cinq. Ils formaient maintenant une masse dense au centre de la pièce. Beaucoup discutaient, peu dansaient. La musique encore trop faible et la soirée n'en étant qu'a son début était sûrement les raisons qui expliquaient cela. Juste au moment où j'eus cette pensée, le son augmenta significativement et une sorte de cri d'approbation générale s'éleva dans la salle.
Lorsque je participais à des bals, en tant qu'humaine, nous dansions des danses standards par deux, comme la valse par exemple. Mais ce qui se passait devant mes yeux était complètement différent. La masse d'adolescents étaient restées dans les même état, les corps s’étaient simplement mis à se déhancher les uns à côté des autres sans mouvements précis...
Je promenais mon regard dans la salle désormais pleine. Nous étions largement assez de professeurs pour surveiller tout ce petit monde. J'avais repéré Nina Hartwig dans un coin, la professeure de sciences à qui j'avais fais visiter l'établissement lors de son premier jour. Il fallait croire qu'elle non plus n'avait rien de mieux à faire un vendredi soir... Il y avait même la police. Je me demandais pourquoi le proviseur avait demander à la police de venir renforcer la surveillance. Ce n'était qu'une fête d'adolescents, il ne pouvait rien arriver de grave, si ?
Les corps en ébullition avaient réchauffé la pièce et cette chaleur m'avait donné soif. En arrivant au buffet je constatais qu'il n'y avait que des boissons sucrées. Cela n'allait pas vraiment étanché ma soif... Bon tant pis, si je voulais de l'eau autant aller aux toilettes. Je me dirigeais donc vers l'arrière de la salle un verre à la main. J'ouvris le robinet et passais mon doigts sous l'eau. Un picotement me parcourut la main, suivit par une légère brûlure. L'eau dans les bâtiments publics pouvait-elle vraiment être aussi chaude ? Je ne m'attardais pas plus longtemps sur la question et tournais le robinet à fond vers le droite en plaçant mon verre en dessous.
Lorsque je retournais dans la salle principale je pu constater que rien avait bougé. Les adolescents se trémoussaient toujours sur une musique qui m'était totalement inconnue, certains professeurs c'étaient regroupés et discutaient et la policière que j'avais aperçu plus tôt était toujours présente. Satisfaite de mon repérage, je bus un peu de mon eau. Étrangement, au lieu de me désaltérer, le liquide me brûla la gorge. Pourtant n'avais-je pas tourné le robinet ? Je n'avais sûrement pas laissé l'eau couler assez longtemps. Je décidais de boire tout de même quelques gorgées et de me rabattre après sur un de ces sodas que je ne connaissais pas.
Tandis que je marchais vers le buffet je fus prise d'une quinte de toux. Je n'arrivais plus à m'arrêter. Même l'eau que je buvais n'apaisait pas ma gorge en feu. Au contraire, c'était comme si chaque gorgée me brûler davantage encore... Je toussais si fort que j'avais l'impression qu'on allait m'arracher mes poumons. En cherchant, en vain, quelque chose pour m'appuyer, je bousculais quelqu'un. Lia. Peut-être pourrait-elle m'aider ?

---------------


Merci Nina !


Spoiler:

Merci Nina ^_^

Cléore parle en #cc3399
avatar
Cléore A. Carew


Alors moi c'est : Cléore
On m'appelle aussi : Adriel Vladislova / Cassiopée Harmon
Je suis agé(e) de : 130 ans
Je suis : un vampire
Et j'adhère à l'alignement des : surnaturels
Mon métier c'est : Professeure de mathématiques

Je suis ici depuis le : 08/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: "We can't hide what we really are anymore" [Lia Marshall, Nina Hartwig, Marina Blaye & Cléore A. Carew]

Message par Lia Marshall le Mar 27 Déc - 0:18

Nous sommes vendredi soir et je pensais rentrer tranquillement au manoir de Derek et le convaincre de regarder un film avec moi sur mon ordinateur, parce que non il n’y a pas de télévision chez lui. De toute façon qu’est ce que je pouvais faire d’autre ? Mon errance de deux ans m’a habituée à la solitude et à part Emily, Adriel et Paul je n’ai pas vraiment d’amis dans cette ville. Je ne sais plus trop comment il faut se comporter avec les jeunes de mon âge, ce n’est pas toujours simple. Finalement c’est le directeur du lycée qui a décidé de mon programme pour ce vendredi soir. Le lycée organise le bal de Noel dans une salle commune de la ville et la présence des professeurs et des élèves de dernière année est vivement conseillée. En sortant des cours je suis donc rentrée à la maison prendre une douche puis me préparer. Je n’ai rien mis d’extravagant, j’ai juste un petit peu amélioré mon allure par rapport aux jours de cours. A l’heure prévue je prends le bus pour aller jusqu’à cette salle réservée pour la fête. Je pourrais tout à fait marcher mais de temps en temps je prends le bus parce que les gens finiraient par se poser des questions à me voir tout le temps marcher avec une telle endurance. Eh oui il faut savoir se fondre dans la masse. Lorsque j’entre dans la salle je remarque que l’espace est déjà bien occupé par les élèves du lycée. La musique agresse mes oreilles mais j’agis normalement commence à danser en compagnie de quelques personnes de ma classe avec qui je discute parfois lors du repas de midi ou lors des intercours. Le volume de la musique augmente encore alors comme ça fait trente minutes que je danse je prend l’excuse d’une légère fatigue et m’éclipse de la piste pour aller prendre un peu l’air dehors et ensuite revenir. Finalement ce n’est pas trop mal comme soirée, ça me permet de voir du monde et de me défouler en dansant, j’aime bien danser et ça faisait longtemps que je n’avais pas vraiment eu l’occasion de pratiquer. Je me fraye un chemin parmi les danseurs et une fois en périphérie de la piste de danse je soupire un peu de soulagement. Ouf ça va être plus calme, la porte n’est pas loin, victoire ! Brusquement une personne me percute et lorsque je redresse la tête je m’aperçois que c’est Cléore. Elle n’a pas l’air bien et tousse comme si elle allait cracher ses poumons. Elle a toujours une prestance et un assez bon contrôle alors je suis forcément étonnée de voir qu’elle ne va pas bien. Au début je me dis qu’elle a avalé de travers puisqu’elle tient un verre dans sa main. Mais sa toux ne se calme pas, au contraire elle empire.
-Mademoiselle Carew vous allez bien ?
Étant donné que nous sommes entourées d’élèves et de professeurs je ne peux pas l’appeler par son prénom sans que nous risquions d’être entendues par des personnes qui ne manqueraient pas de poser des questions. En voyant qu’elle est secouée par les quintes de toux j’attrape son verre pour qu’elle ne se tache pas. Je fronce légèrement les sourcils en sentant une odeur bizarre émanant de son verre et je l’approche de mon nez l’air de rien. Et merde. Cette odeur c’est de la veine de vénus. L’eau au lycée empoisonnée aux plantes anti surnaturel l’autre jour c’était apparemment juste le début. Pas très loin de nous je remarque une policière, oh c’est pas bon ça. Je pose le verre sur une table et entraine Cléore pour l’emmener dehors à l’abri des regards. Je lui murmure.
-Essayez de ne pas tousser je vais vous aider suivez moi

---------------


Merci Sam W !

Spoiler:

[center]
Merci Cléore!


Merci Derek!
avatar
Lia Marshall


Alors moi c'est : Lia Marshall
On m'appelle aussi : Isis Conant
Je suis agé(e) de : 17 ans
Je suis : un loup garou
Et j'adhère à l'alignement des : surnaturels
Mon métier c'est : lycéenne

Je suis ici depuis le : 04/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: "We can't hide what we really are anymore" [Lia Marshall, Nina Hartwig, Marina Blaye & Cléore A. Carew]

Message par Nina Hartwig le Jeu 29 Déc - 11:44

Un bal de fin d’année. Je n’ai pas souvent eu l’occasion d’y assister, la dernière fois, cela remonte à quand j’étais élève. Dans le château, où j’ai appris les nombreuses choses que je sais aujourd’hui. Les bals auxquels j’ai pu aller n’était sûrement pas les même que ce d’aujourd’hui. Il y avait un orchestre, pas d’hommes et plus de… retenue. Du coup, lorsque l’on m’a demandé de le surveiller j’ai tout de suite accepté. Cela va me permettre de découvrir les élèves dans un endroit extérieur que mes cours mais aussi pour voir discuter avec d’autres professeurs. D’ailleurs, je vois Cléore non loin de moi. Je ne pensais pas qu’elle serait là, il me semblait qu’elle avait refusé mais peut-être ne voulait-elle pas passer sa soirée chez elle et changer dans sa routine. C’est aussi ce qui m’a décidé à accepter d’être chaperon. En effet, si je n’avais pas dit oui, je serais resté chez moi, dans ma cabane, à m’occuper de mes plantes, ou à lire.

Les élèves commencent à arriver au fur et à mesure. L’ambiance est plutôt calme mais ce n’est que le début de soirée. Les jeunes après avoir bu un verre ou grignoter quelque chose commencent à se positionner en troupeau au centre de la piste de danse. Ce n’est plus des danses par deux mais des danses où tout le monde saute, c’est assez perturbant mais tant que les élèves s’amusent c’est l’essentiel. Il y a surtout des filles qui dansent et les garçons sont plutôt autour de la salle pour observer et discuter entres eux. Peut-être se motivent-ils pour aborder une fille ? Plus loin, j’aperçois également Lia qui est avec des camarades.

Je sors de mes pensées et commence à surveiller ce beau petit monde. Beaucoup de professeurs sont présents ainsi que des policiers. Des policiers ? Il ne doit pas y avoir d’alcool pourtant à ce genre de soirée. Peut-être en cas de bagarre ou de problème plus grave, de blessures ? Je ne savais pas que les policiers pouvaient aussi chaperonner des soirées de lycéens. Après, il est vrai que les élèves étant très nombreux, il vaut mieux trop que pas assez.

L’ambiance de la soirée ne fait qu’augmenter et l’effervescence de tant d’élèves peut vite donner le tournis. Je commence à avoir un peu chaud. Je ne m’attendais pas à cette chaleur pour un mois de décembre. Je décide donc de nouer mon châle autour de ma taille. Je vois au loin, Cléore qui cherche sûrement à boire au buffet, je me dis que c’est une bonne idée et que je pourrais aussi un peu papoter avec elle. Je commence à avancer tant bien que mal vers elle, mais un élève me bouscule. Il s’excuse et lui répond que ce n’est pas grave mais j’ai perdu Mlle Carew du regard. Je décide de m’éloigner de la piste de danse en espérant revoir quelqu’un que je connais.

Quelques instants plus tard je vis de l’autre côté de la pièce Cléore réapparaître un verre d’eau à la main. Elle n’a pas dû trouver son bonheur au buffet. Je commençai à avancer tant bien que mal vers elle. Je la vis alors ne pas se sentir bien après avoir bu quelques gorgées. Au premier abord, je me dis qu’elle a dû boire de travers mais sa quinte de toux ne cesse et même elle s’empire, je décide de m’avancer plus rapidement pour aller lui demander si elle va bien mais une jeune élève de ma classe Lia que j’avais vu plus tôt s’est approchée d’elle pour la faire sortir. J’aperçois la policière qui commence un peu à bouger. Bon je devrais me dépêcher mais sans avoir l’air de courir ni d’être affoler.

Après quelques instant je sors de la salle et trouve Cléore assise avec Lia à ses côtés.

- Que se passe-t-il ? Vous allez bien Cléore ?

J’attends que Lia me réponde car je vois que ma collègue n’en a pas les forces et en même temps je sors de mon petit sac des bonbons pour la toux.

- Tenez se sont des bonbons aux clous de girofle et miel que j’ai fait, en hiver c’est un bon remède contre la toux. Ce n’est pas très bon mais j’espère que ça vous aidera un peu.

---------------



Merci Cléore !:
avatar
Nina Hartwig


Alors moi c'est : Nina Hartwig
On m'appelle aussi : Tungla
Je suis agé(e) de : 26 ans
Je suis : une sorcière
Et j'adhère à l'alignement des : surnaturels
Mon métier c'est : Professeur de Biologie
Je suis ici depuis le : 18/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: "We can't hide what we really are anymore" [Lia Marshall, Nina Hartwig, Marina Blaye & Cléore A. Carew]

Message par Marina Blaye le Ven 30 Déc - 19:43

Que faire un vendredi soir lorsque vous êtes une jeune femme récemment arrivée dans une nouvelle ville ? Sortir découvrir la ville ou bien rester chez soi à regarder tranquillement un film à la télévision. D’ailleurs il y avait un bon film ce soir, j’aurais bien aimé le voir. Seulement voila je ne suis pas une jeune fille ordinaire qui peut laisser son travail derrière elle lorsqu’elle rentre chez elle. En effet je suis policière et mon travail ne s’arrête jamais vraiment. Ce soir le lycée de Fearwood organise un bal pour ses élèves. Les professeurs vont encadrer l’évènement mais comme la ville à été un peu agitée d’évènements bizarres ces derniers temps le proviseur du lycée à demandé à ce que la police veille discrètement sur cette soirée. J’ai donc été dépêchée sur place pour coordonner une petite équipe de policiers au cas où il se passe quelque chose. J’ai discrètement placé mes hommes en civil dehors et en ais juste gardé un dans la salle avec moi pour patrouiller parmi les convives. Lorsque je regarde ces jeunes danser je ne peux pas m’empêcher de penser que ma sœur devrait être parmi eux. Je secoue la tête et me prend un verre de soda pour me changer les idées. Je n’aurais pas dit non à quelque chose de plus fort mais c’est une soirée lycéenne alors je devrais me contenter de soda. Il n’y a pas si longtemps j’étais à leur place, je me souviens de mon dernier bal de lycée. C’était différent des bals de maintenant. Enfin bref. Je laisse mon regard trainer sur les élèves qui se déhanchent sur la piste de danse puis sur les élèves qui se tiennent un peu à l’écart. Mes hommes présents dehors m’informent par texto que tout va bien. En échange d’une soirée à se geler dehors je leur aie signé une autorisation pour quelques jours de congés. Mon regard est soudain attiré par une personne sortant des toilettes. Elle n’est pas très âgée mais n’a pas l’allure d’une lycéenne alors j’en déduis qu’il s’agit d’une prof venue encadrer cette soirée. Elle semble avoir du mal à respirer. Je fronce les sourcils et continue de la regarder. Peut-être qu’elle a juste avalé de travers, par sécurité je garde un œil sur elle. Sa toux ne s’apaise pas et elle se met à tituber. Elle se heurte à une jeune fille blonde qui semble être une élève. La jeune fille l’aide à sortir et une autre femme s’empresse de les rejoindre. Quelque chose me dit que tout ceci est un peu louche. Je quitte mon poste d’observation et me dirige lentement vers la sortie afin de savoir ce qu’il se passe. Les trois femmes sont sur le parking un peu à l’écart et discutent à voix basse. Je m’approche d’elles.
-Excusez moi. Il y a un problème ?
avatar
Marina Blaye


Alors moi c'est : Marina Blaye
On m'appelle aussi : aucun
Je suis agé(e) de : 21 ans
Je suis : une humaine
Et j'adhère à l'alignement des : chasseurs
Mon métier c'est : Policière

Je suis ici depuis le : 06/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: "We can't hide what we really are anymore" [Lia Marshall, Nina Hartwig, Marina Blaye & Cléore A. Carew]

Message par Cléore A. Carew le Dim 5 Mar - 12:01

Ma bouche était sèche. Chacune de mes inspirations me faisait plus mal que la précédente. Je manquais d'air. Ma gorge me brûlait. Étais-je en train de faire une allergie ? Si oui, à quoi ? Je n'avais rien mangé. Il n'y avait rien de différent dans l'air par rapport à d'habitude. La seule chose que j'avais avalé, c'était ce verre d'eau un peu trop chaude. Ma toux ne venait tout de même pas de là. Quelqu'un m'avait peut-être droguée à mon insu plus tôt dans la journée... Non, c'était idiot qui aurait pu faire ça ? J'essayais de me montrer gentille et prévenante avec tout le monde. Je n'avais tout de même pas pu froisser quelqu'un au point qu'il souhaite ma mort. Parce que c'était l'impression j'avais. J'allais mourir ici, dans cette salle remplie d'étudiants se déhanchant sur une musique beaucoup trop forte, qui commençait à me donnait un sacré mal de tête.
-Mademoiselle Carew, vous allez bien ?
Je voulais répondre à Lia mais ma voix mourut avant de sortir de ma bouche. A la place un étrange râle passa mes lèvres, suivi d'une nouvelle quinte de toux. J'avais perdu ma voix ! J'espérais que ce n'était que temporaire. Mon cerveau était en ébullition et je commençais à paniquer intérieurement. Il faisait beaucoup trop chaud dans cette pièce et la musique continuait de me donner le sentiment que ma tête allait exploser d'une minute à l'autre.
Lia pris mon verre dont l'eau restant manquait de tomber. Je vis ses sourcils se fronçaient et l'expression sur son visage ne disait rien de bon. La chose qui m'avait mise dans cet état -du poison ? - était-elle dans ce verre. Pourtant il y en avait plusieurs comme celui-là posé sur le buffet et l'eau venait du robinet. Si ce n'était pas moi qui était visée particulièrement, cela voulait dire que tout le monde était en danger. Je ne voyais pas qui pouvait faire une telle chose. Il fallait que je les prévienne ! Que j'alerte les élèves, les professeurs ! Il y avait une policière il fallait aller lui parler.
-Essayez de ne pas tousser je vais vous aider suivez-moi.
La voix de Lia avait été si faible, comme un murmure, que j'avais eu du mal à l'entendre. Je n'avais plus de force et j'avais l'impression que chacun de mes membres pesaient une tonne. Je voulais lui dire qu’on devrait sûrement avertir les autres, mais je sentis une nouvelle quinte de toux arriver. Je tentais de la réprimer tant bien que mal.
Une fois je pris une grande inspiration. L’oxygène rentrait difficilement dans mes poumons mais j’avais l’impression que l’air frais de ce soir de décembre me faisait déjà du bien. Je m’appuis sur le mur toujours très affaiblie. Je voulais remercier Lia, mais aucun son ne sortit de ma bouche. J’avais la sensation que des épines de ronces étaient coincées dans ma gorge. Et dans tout mon corps. Chaque mouvement déclenchait en moi une nouvelle salve de piqûres. Je lui lançais alors un regard plein de gratitude bien que tinté de l’inquiétude qui m’animait.
La porte s’ouvrit alors sur Nina qui visiblement nous cherchait.
- Que se passe-t-il ? Vous allez bien Cléore ?
Ma crise de toux n’était pas passée inaperçue. J’étais incapable de lui répondre et ma collègue en avait conscience puisqu’elle regardait Lia pour avoir sa réponse. Nina sortit alors de son sac des sortes de petits bonbons jaune.
- Tenez se sont des bonbons aux clous de girofle et miel que j’ai fait, en hiver c’est un bon remède contre la toux. Ce n’est pas très bon mais j’espère que ça vous aidera un peu.
Je ne savais pas si les bonbons de Nina pouvaient réellement me soulageait mais je lui faisais confiance. Je la remercié avec le même regard que j’avais lancé à Lia quelques instants plus tôt. Au moment où je me servis un de ses bonbons, la porte s’ouvrit une nouvelle fois.
-Excusez moi. Il y a un problème ?
C’était une des policières que j’avais aperçues dans la salle. Peut-être nous avait-elle suivi simplement parce que, comme Nina, elle m’avait vu en pleine crise et voulait s’assurer que tout allait bien. Cependant, un mauvais pressentiment s’empara de moi. Etant toujours trop faible pour faible et mal en point pour faire quoi que ce soit, je jetais un coup d’œil à Lia et Nina pour guettais leur réaction.

---------------


Merci Nina !


Spoiler:

Merci Nina ^_^

Cléore parle en #cc3399
avatar
Cléore A. Carew


Alors moi c'est : Cléore
On m'appelle aussi : Adriel Vladislova / Cassiopée Harmon
Je suis agé(e) de : 130 ans
Je suis : un vampire
Et j'adhère à l'alignement des : surnaturels
Mon métier c'est : Professeure de mathématiques

Je suis ici depuis le : 08/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: "We can't hide what we really are anymore" [Lia Marshall, Nina Hartwig, Marina Blaye & Cléore A. Carew]

Message par Lia Marshall le Ven 5 Mai - 16:12


We can't hide what we really are anymore
Ft. Cléore A. Carew, Nina Hartwig, Marina Blaye
Alors que j'avais réussi à faire sortir Cléore de la salle sans que nous nous fassions trop remarquer je pensais la partie gagnée. Elle n'a pas bu beaucoup d'eau alors je me disais que après quelques minutes à l'air frais et peut-être une gorgée d sang elle serait rétablie et que nous pourrions retourner avec les autres élèves et professeurs comme si de rien était. Elle ne parvient toujours pas à parler mais ses yeux parlent pour elle. Je lui adresse un sourire encourageant pour lui dire que ça va aller et que nous aurons ensuite tout le temps pour les remerciements. Seulement alors que nous venions juste de sortir une femme s'approche de nous et demande à Cléore si elle va bien. Je la reconnait, il s'agit de Mademoiselle Hartwig, c'est ma prof de biologie. Étant donné que Cléore n'est pas en état de répondre je le fait à sa place.

-Ce n'est rien ne vous inquiétez pas, un petit malin a versé du piment dans son verre.

La jeune femme blonde sort alors de son sac des pastilles qu'elle fabrique elle-même contre la toux. Je la remercie d'un sourire et prend le petit sac mais je suis réticente à en donner à Cléore. Je ne connais pas cette femme, peut-être y a-t-il une intention cachée. C'est alors que mes narines interceptent une odeur, l'odeur d'une sorcière. Cela semble assez proche. Je regarde alors Mademoiselle Hartwig en essayant d'être discrète. Ainsi elle serait une sorcière?! Avant que j'ai pu prendre une décision concernant cette jeune femme et ses bonbons contre la toux Cléore en prend un et le porte à sa bouche. Soit elle n'est pas du tout méfiance soit elle connait déjà cette femme et sait qu'il n'y a pas de danger. En tout cas pour l'instant je ne peut pas lui poser la question alors je me contente de surveiller l'expression de son visage ainsi que son rythme cardiaque et sa respiration avec mon ouïe fine de louve. Je n'ai pas le temps d'approfondir plus en détail cette question car une autre jeune femme s'approche de nous et nous demande si il y a un problème. Son visage ne me dit rien, il ne me semble pas qu'elle soit enseignante au lycée de Fearwood. Et même si elle est jeune, probablement un tout début de vingtaine, il ne me semble pas non plus qu'elle fasse parti des élèves. Je regarde mes deux professeures pour savoir quelle attitude adopter maintenant. Cléore se met à nous regarder elle aussi. Apparemment elle non plus ne sait pas quelle attitude adopter. Avant que notre silence et nos regards ne paraissent louches je me tourne vers notre nouvelle interlocutrice avec un sourire poli et lui sert la même fable que j'ai dite à ma professeure de biologie il y a quelques minutes pour expliquer le malaise de Cléore.

-Oui tout va bien c'est juste qu'un petit malin a versé du piment dans le verre de Mademoiselle Carew alors nous attendons qu'elle aille mieux!

Et maintentant il n'y a plus qu'à croiser les doigts pour qu'elle me croie et qu'elle lâche l'affaire pour retourner tranquillement profiter de la fête. Puis brusquement mes réflexions de tout à l'heure me reviennent en mémoire. Si cette femme n'est ni une élève ni une enseignante, qui est-elle et que fait-elle ici? Pourquoi faut-il qu'il t ait aussi souvent des évènements nous empêchant de participer à des moments de vie normaux?! Mon intuition me dis que des discussions vont s'engager avec la femme mystère qui vient de nous rejoindre et avec mademoiselle Hartwig la sorcière et que par conséquent la soirée organisée par le lycée est terminée pour nous.
© Belzébuth



---------------


Merci Sam W !

Spoiler:

[center]
Merci Cléore!


Merci Derek!
avatar
Lia Marshall


Alors moi c'est : Lia Marshall
On m'appelle aussi : Isis Conant
Je suis agé(e) de : 17 ans
Je suis : un loup garou
Et j'adhère à l'alignement des : surnaturels
Mon métier c'est : lycéenne

Je suis ici depuis le : 04/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: "We can't hide what we really are anymore" [Lia Marshall, Nina Hartwig, Marina Blaye & Cléore A. Carew]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum