Cléore A. Carew [Fiiniiiiii]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Cléore A. Carew [Fiiniiiiii]

Message par Cléore A. Carew le Dim 8 Mar - 17:50



Cléore Aloysia Carew
Tout ira bien à la fin... Si tout n'est pas bien, ce n'est pas la fin.





Mon catactère
Cléore a quelque peu changé en presque 130 ans d'existence...
Enfant, elle était joyeuse, serviable et pleine de vie. Elle était curieuse, posait beaucoup de question sur le monde qui l’entourait et apprenait vite. En grandissant, elle est restée une jeune fille aimable et magnanime, une demoiselle digne de son rang. C’était un rayon de soleil pour tous ceux qui l’entourait. Mais comme je l’ai dis, Cléore n’est plus la même personne…
Au fil des décennies, elle a appris à se protéger et s’est désormais créée une carapace. Cléore est devenue méfiante, elle ne donne pas sa confiance à la première personne qui lui fait les yeux doux. De prime abord elle peut paraître froide et distante. La jeune femme est organisée, peut-être même trop, et cela se ressent dans ses cours, ses élèves la voient généralement comme une professeure sévère, voire limite tyrannique. Cela la fait presque rire de voir toutes ces jeunes âmes encore insouciantes, qu’elle pourrait tuer en un claquement de doigt… Mais elle ne le fera. Tout ceci ne lui ressemble pas. Bien qu’elle boive du sang humain, Cléore ne tue qu’en cas de nécessité et lorsque c’est le cas, elle est prise de remords et de dégouts pour elle-même (Le sang qu’elle boit habituellement vient de poches volées à l’hôpital –c’est mieux pour sa conscience-). Une fois que vous avez sa confiance, que vous l’avez « apprivoisée », c’est pour toujours. En brisant sa carapace, vous découvrez une personne radieuse et optimiste. Si elle était distante au début, ce n’était que pour cacher une trop grande sensibilité ; Cléore a peur d’être rejetée, trahie ou pire, de faire du mal aux personnes qu’elle aime. Elle cache sa timidité, ses émotions et ses incertitudes derrière des extravagances, souvent vestimentaire, et une détermination feinte.

Qui suis-je ?
Cléore A. Carew ▲ 129 ans environ (j'ai arrêté de compter) mais 24 ans physiquement ▲ Vampire ▲ Professeure de mathématiques ▲ Hétérosexuelle ▲ code validé par Aya ▲ Keira Knightley ▲ Optimiste & Intelligente & Organisée▲ Sévère & Méfiante & Distante ▲ © : Joy

Il était une fois...
Je suis née il y a bien longtemps déjà… Le 19 mai 1886. Ma mère était une jeune femme de bonne famille française et mon père héritier d’un commerce en Amérique. Leurs parents avaient scellés leur union bien avant qu’ils ne se rencontrent, ils se virent donc pour la première fois la veille de leur mariage. Mes parents n’avaient rien en commun. J’ai grandis entre deux étrangers, mes parents ne se parlaient pas et s’évitaient au maximum quand il le pouvait.
Ma mère était compréhensive et je m’entendais très bien avec elle. Aussi, lorsque je suis tombée amoureuse de William Hawksworth, un jeune homme d’apparence tout à fait convenable, je lui en ai aussitôt parlé. Mais mon père, beaucoup plus strict et distant, avait d’autres projets pour moi. En effet, il était entrain d’organiser mon mariage avec le fils d’une autre famille commerçante, pour créer un empire commercial encore plus grand. Quand je l’appris, je me suis effondrée, surtout que contredire mon père était impossible… Heureusement, ma mère me comprenait, elle-même avait été forcée d’épouser un parfait inconnu ; elle ne voulait pas que moi, son enfant, subisse la même chose. Elle me dit d’aller rejoindre mon amant pendant qu’elle essaierait de parler à mon père pour le faire changer d’avis…

Il faisait déjà nuit dehors lorsque j’arrivée près de la demeure des Hawksworths. Je toquais délicatement, et attendais une réponse. Un domestique vint m’ouvrir et m’emmena jusqu’au petit salon où nous avions l’habitude de nous retrouver William et moi. Ce dernier arriva quelques minutes plus tard avec un air triomphant :
- Mademoiselle Cléore Aloysia Carew, aujourd’hui est un grand jour !
Je me jetais presque en pleurs dans ses bras.
- Non, c’est un jour affreux. Mon père va me marier et je ne pourrais plus être avec toi… Mais pourquoi as-tu l’air si heureux ?
- J’ai une surprise pour toi, mon amour. Me répondit-il avec des yeux pétillants de malice. Mais d’abord, prenons un verre.
William se leva et se dirigea vers le bar. Il en sortit deux vers ballon et une bouteille sans étiquette, de ce que je pensais être du vin rouge. Je dévorais mon amant des yeux. Il était si beau, si gentil, si parfait… Will me tendit le verre plein et me dit de le boire d’une traite ; ce que je fis. Le vin avait un goût différent de celui que l’on buvait habituellement. Je dirais qu’il avait un goût amer, presqu’un goût de métal. Mais, à ce moment, j’étais plus préoccupée par le fait que c’était sans doute la dernière que je voyais William que par le goût étrange de ce que je venais de boire. Soudain la solution s’imposa à moi.
- William ! Allons voir mon père tout les deux et demande lui ma main ! Ma mère est avec lui, elle pourra surement plaider en notre faveur et le faire céder !
Will se leva et se mit debout devant moi. Il était un peu plus grand que moi, je levais la tête pour le regarder dans les yeux. Il prit ma tête entre ses mains, à la fois si douce et si fermes.
- Est-ce ce que tu désires le plus au monde ?
- Le seul souhait que je formule, est d’être auprès de toi pour toujours. Acquiesçais-je. Tu es ce que j’ai de plus cher au monde Will.
Il se pencha légèrement en avant, je crus qu’il allait m’embrasser mais tout ce que je sentis en moi fut un vide immense. William venait de me tuer.

Je me réveillais quelques heures plus tard, j’étais allongée sur le canapé du petit salon. J’essayais de me lever mais un mal de tête puissant m’obligea à me rallonger. La porte grinça et William apparut dans l’entrebâillement. J’avais tellement de question à lui posait. Que c’était-il passé après qu’on est bu ? Etais-je vraiment morte ? Mais si c’était le cas, pourquoi je me réveillais ? Qu’avait-il fait pendant tout ce temps ? Je voulus ouvrir la bouche mais ma mâchoire me faisait autant mal que ma tête. J’ouvris brusquement les yeux. Une odeur que je n’avais jamais sentie auparavant m’interpella. C’était une odeur alléchante. Elle venait du venais du verre que tenais William. Je me précipité vers lui avec une vitesse que je ne penser pas posséder. J’arrachais le verre de ses mains et le vidais en une gorgée. Un sourire de satisfaction s’afficha sur les lèvres de Will.
- En veux-tu plus ?
J’acquiesçais, comme quelqu’un de déshydraté à qui on proposerait de l’eau. Je commençais à marcher derrière William lorsqu’il disparut à une vitesse invraisemblable. Je pris peu à peu conscience que moi aussi je pouvais aller aussi vite, ou presque. Quand avais-je acquis une si grande vitesse ?  Je pouvais entendre chaque brindille craquer doucement sous ses pas. Mais depuis quand avais-je une ouïe si développé ? Puis nous nous arrêtâmes devant une grande bâtisse. Devant chez moi. Mais je n’en avais pas conscience, pour moi, rien d’autre ne comptais plus que de sentir encore le liquide rouge s’écouler lentement dans ma gorge. C’est là que je la sentis de nouveau. Cette odeur si alléchante, si attirante. William me désigna un homme couché au sol, la gorge tranchée. C’était mon père ; mais tout ce que je voyais à ce moment-là, c’était le filet de sang le long de son cou. Je me jetai sur lui comme une furie, plantant mes « nouvelles » canines dans sa veine déjà entaillée et vidant peu à peu son corps de tout le sang qu’il contenait. Ah, que c’était bon de sentir ce liquide chaud au goût métallique sur ma lange ! J’entendis un cri étouffé derrière moi. Je me retournai brusquement et vis ma mère apeurée, les yeux remplis de larmes.
- Cléore ! Mais qu’es-tu devenue ?
La vue de ma mère m’arrêta net. Je levais lentement mes mains à ma bouche ; elle était pleine de sang… Un corps inerte s’étendait à mes pieds. Mon père. Je tombais près de lui en hurlant. Qu’avais-je fais ? L’avais-je réellement… Tué ? Non. C’était impossible ! Perdue dans ma douleur, je ne vis pas William s’approcher de moi. Je sursautai lorsque je sentis sa main m’agripper fermement le bras et me lever. Il se dirigeait vers ma mère en me traînant au sol. Il la regarda dans les yeux et lui marmonna quelque chose comme « Vous avez oublié ce qu’il vient de se passer, votre mari est mort et votre fille a disparue, c’est tout ce que vous savez. » Puis il me souleva comme si j’étais une vulgaire plume et me porta jusqu’à chez lui.
Lorsque je rouvris enfin les yeux, je me trouvais dans une chambre aux rideaux fermés. Je ne me rappelais pas grand-chose de ce qu’il s’était passée la veille et pendant la nuit, seulement quelques rares images floues… Je me levai et allai ouvrir les rideaux. Le soleil m’aveugla et une vive douleur me transperça tout le corps et je hurlais sans pouvoir m’arrêter. Soudain, retour dans le noir complet.
- Ne pouvais-tu pas attendre que j’arrive ? Me demanda William qui venait de fermer les rideaux.
J’étais trop stupéfaite pour lui répondre. Il n’y avait plus aucune marque de brûlure sur mes bras ; mais, cette souffrance intense, je l’avais pourtant bien sentie…
- Tiens, Prends cette bague, elle te permettra de sortir la journée sans brûler vive.
- De quoi parles-tu William ? Je ne comprends rien ! Que s’est-il passé hier soir ? Je n’ai plus aucun souvenir…
- Même maintenant, tu parles toujours autant… Me coupa-t-il.
Je le regardai sans comprendre. Puis il s’assit sur le lit et m’indiqua de faire la même chose. Il me raconta que j’étais devenu un vampire et m’expliqua mes nouvelles forces et faiblesses. J’étais incrédule. Tout ceci est impossible. Mais j’étais obligées de constater que tout ce qu’il me disait était vrai ; j’entendais mieux, je voyais mieux, je courais extrêmement vite… Il continua ensuite en me racontant ce qui s’était passé la veille. Au fur et à mesure qu’il parlait, les souvenirs revenaient. J’avais tué mon père et traumatisé ma mère ! Comment pouvait-il dire cela sur un ton neutre, presque content ? Comment avait-il pu me laisser faire ça ? Pourquoi m’avait-il transformée ? Je ne veux pas devoir tuer des gens pour vivre… Tant de pensées se bousculaient dans ma tête, mais aucune ne franchissaient mes lèvres. Je n’arrivais pas à parler, j’étais comme paralysée. Chaque fois que je regardais William, la haine me tordait le ventre. Mais sans que je ne comprenne pourquoi, je l’aimais toujours… J’aurais voulu le tuer tout de suite mais cet amour que je ressentais m’en empêcher. Je ne savais pas comment réagir, j’étais désemparée… Une fois son récit terminé, Will quitta la chambre et me laissa seule avec ma souffrance et mes réflexions.
Les semaines qui suivirent, je restais enfermée dans ma chambre ne pouvant croire ce qui m’arrivait, et me demandant si je ne devrais partir loin de William pour toujours… Bien qu’il me parlait très peu, ce dernier m’apportait chaque jour un verre de sang humain. J’aurais préféré n’en boire aucun mais la tentation était trop forte… Je ne sais pas combien de temps s’écoula, sûrement une éternité jusqu’à ce jour où je décidai de sortir de mon enfermement. Je descendis lentement jusqu’au petit salon. Je poussais doucement la porte. A l’intérieur, William vidait une jeune fille, sûrement innocente, du liquide qui lui permettait de vivre. Je voulais partir, m’enfuir en courant le plus loin possible. Mais Will me vit et m’invita à le rejoindre comme si ce qu’il faisait était tout à fait normal. Je luttais en vain contre cette envie. William me tendit le corps de la jeune fille et me regarda l’achever avec un air de satisfaction collé sur son visage. Quand je repris mes esprits, je compris ce qu’il pensait ; il croyait que j’étais devenue comme lui, une vampire prête à tuer sans scrupule, que j’avais accepter ma nouvelle condition. Mais ce n’était pas le cas. Avoir bu le sang de cette fille me rendait malade. J’avais laissé son corps sans vie alors qu’elle n’avait rien demander. C’était la deuxième personne que je tuais… Je ne pourrais en supporter d’avantage. Je rassemblais le peu d’affaires que je possédais et partit aussi loin que je le pus…

Les premières années furent assez rudes. Mais je réussis à me sevrer peu à peu et appris à voler des poches de sang dans les hôpitaux plutôt que de me jeter sur les personnes innocentes… J’ai suivis le cours du temps, seule. Je ne sais toujours pas si j’aime William ou si je le hais, mais ce qui est sûr c’est que je ne peux pas l’oublier… Peut-être qu’un jour je le retrouverais.
La solitude commençant à me peser, j’ai finalement décidé de m’installer dans une petite ville et de m’intégrer, où du moins, d’essayer…

Et derrière l'écran, c'est qui ?

Salut ! T'es un petit curieux, je sais, tu veux tout savoir sur moi. Alors, moi c'est Chloé et j'ai 16 ans. Je viens du monde des Bisounours ! Okay, je sors.... Je suis dispo environ 4/7 pour RP (après, ça dépend surtout des cours...). Et la question à un million, comment j'ai connu le forum ? Je traînais sur l'ordi et je suis tombé par hasard sur ce fow' ^_^.




Dernière édition par Cléore A. Carew le Jeu 19 Mar - 22:41, édité 12 fois
avatar
Cléore A. Carew


Alors moi c'est : Cléore
On m'appelle aussi : Adriel Vladislova / Cassiopée Harmon
Je suis agé(e) de : 130 ans
Je suis : un vampire
Et j'adhère à l'alignement des : surnaturels
Mon métier c'est : Professeure de mathématiques

Je suis ici depuis le : 08/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cléore A. Carew [Fiiniiiiii]

Message par Nihale Salvatore le Mar 10 Mar - 22:35

Salut ! Bienvenue sur le forum !
Ta presentation me parait bien partie.
Plus que la partie histoire et je pense que tout sera bon ! Bon courage !
avatar
Nihale Salvatore


Alors moi c'est : Nihale
On m'appelle aussi : Kelly Jones
Je suis agé(e) de : 319 ans
Je suis : un vampire
Et j'adhère à l'alignement des : surnaturels
Mon métier c'est : Étudiante en maths ... depuis longtemps !

Je suis ici depuis le : 02/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cléore A. Carew [Fiiniiiiii]

Message par Cléore A. Carew le Mer 11 Mar - 19:19

Merci ^^

---------------





Merci Nina ^-^:





Cléore parle en #cc3399
avatar
Cléore A. Carew


Alors moi c'est : Cléore
On m'appelle aussi : Adriel Vladislova / Cassiopée Harmon
Je suis agé(e) de : 130 ans
Je suis : un vampire
Et j'adhère à l'alignement des : surnaturels
Mon métier c'est : Professeure de mathématiques

Je suis ici depuis le : 08/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cléore A. Carew [Fiiniiiiii]

Message par Ayane Dragneel le Dim 15 Mar - 11:05

Je veux savoir la suite...Continu comme ça c'est super.

---------------

Ayane parle en #cc0066

avatar
Ayane Dragneel


Alors moi c'est : Aya'
Je suis agé(e) de : 102 ans
Je suis : un vampire
Et j'adhère à l'alignement des : surnaturels
Mon métier c'est : lycéenne

Je suis ici depuis le : 20/02/2015

http://fearwood--rpg.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cléore A. Carew [Fiiniiiiii]

Message par Cléore A. Carew le Dim 15 Mar - 18:47

Merci  Very Happy
J'y travaille, j'y travaille ^^
avatar
Cléore A. Carew


Alors moi c'est : Cléore
On m'appelle aussi : Adriel Vladislova / Cassiopée Harmon
Je suis agé(e) de : 130 ans
Je suis : un vampire
Et j'adhère à l'alignement des : surnaturels
Mon métier c'est : Professeure de mathématiques

Je suis ici depuis le : 08/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cléore A. Carew [Fiiniiiiii]

Message par Nihale Salvatore le Ven 20 Mar - 18:49

J'ai le plaisir de te dire que tu es validée. Maintenant à toi d'aller recenser ton groupe et ta célébrité. N'oublie pas d'aller faire ta fiche de liens qui te permettras de mettre au clair tes liens avec les autres membres et tu n'auras plus qu'à commencer à rp. En faisait une demande de rp par exemple.

Et surtout éclate toi.





avatar
Nihale Salvatore


Alors moi c'est : Nihale
On m'appelle aussi : Kelly Jones
Je suis agé(e) de : 319 ans
Je suis : un vampire
Et j'adhère à l'alignement des : surnaturels
Mon métier c'est : Étudiante en maths ... depuis longtemps !

Je suis ici depuis le : 02/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cléore A. Carew [Fiiniiiiii]

Message par Cléore A. Carew le Ven 20 Mar - 23:14

Merci ^^
D'accord Smile

---------------





Merci Nina ^-^:





Cléore parle en #cc3399
avatar
Cléore A. Carew


Alors moi c'est : Cléore
On m'appelle aussi : Adriel Vladislova / Cassiopée Harmon
Je suis agé(e) de : 130 ans
Je suis : un vampire
Et j'adhère à l'alignement des : surnaturels
Mon métier c'est : Professeure de mathématiques

Je suis ici depuis le : 08/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cléore A. Carew [Fiiniiiiii]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum